Fall https://potatobanana.journalintime.com/ fr 2019-12-29T10:48:00+01:00 https://potatobanana.journalintime.com/LA-personne-de-toutes-les-attentions LA personne de toutes les attentions 29 DÉCEMBRE 2019 : Hier. C’était le dernier anniversaire de l’année auquel j'aurais été conviée. « Merci. » Le merci qui voulait dire « merci d’être venue pour mon anniversaire », mais elle ne l’a même pas dit avec enthousiasme, je peux être compréhensive, elle était peut-être fatiguée, nous nous sommes quittés très tard... Hier c’était l’anniversaire de cette fameuse « amie » qui sous mon nez, projetait de partir en vacances avec la petite amie de mon beau-frère, celle qui a eu des problèmes avec l’ami de ce dernier, ce mec que je n’ai jamais

29 DÉCEMBRE 2019 :

Hier.

C’était le dernier anniversaire de l’année auquel j’aurais été conviée.

« Merci. »
Le merci qui voulait dire « merci d’être venue pour mon anniversaire », mais elle ne l’a même pas dit avec enthousiasme, je peux être compréhensive, elle était peut-être fatiguée, nous nous sommes quittés très tard...
Hier c’était l’anniversaire de cette fameuse « amie » qui sous mon nez, projetait de partir en vacances avec la petite amie de mon beau-frère, celle qui a eu des problèmes avec l’ami de ce dernier, ce mec que je n’ai jamais pu sentir et sur qui mes intuitions étaient bonnes...
Cette amie et la petite amie de mon beau-frère ont passé toute la soirée collées l’une à l’autre à discuter ENTRE ELLES et lorsque l’une se levait de table pour se diriger vers la salle de karaoké ce n’était pas sans l’autre, elles plaisantaient même en déclarant que cet anniversaire au resto était en fait la soirée de leur mariage et qu’elles s’enfermeraient seules dans la pièce à côté pour chanter seulement toutes les deux. Enfin, c’est surtout la copine de mon beau-frère qui a déclaré ça… J’ai serré les dents non pas sans regretter amèrement d’avoir accepté son invitation et d’avoir naïvement cru que j’aurais l’occasion de passer du temps avec elle à mon tour, que nous passerions tous tour à tour, du temps en sa compagnie. Pauvre idiote que je suis ! Dans le fond je devais pourtant le savoir que Madame « JeMintègre » la monopoliserait toute la soirée !
Elle le fait systématiquement !

Je n’ai eu l’occasion de lui parler que deux fois ce soir-là, la première fois en arrivant pour lui dire bonjour et lui souhaiter un bon anniversaire et la dernière fois pour lui dire au revoir une fois que la petite amie de mon beau-frère l’avait lâchée pour rentrer chez elle. Nous étions 12 autour de la table, 11 personnes venues pour elle et seulement l’une de nous a eu l’occasion de réellement profiter de sa présence, si ce n’était pas pour cette amie, pour son anniversaire, nous aurions été nombreux à décliner l’invitation ! En fin de mois une fois que les factures sont prélevées, le loyer payé, le frigo rempli et Noël passé, qui peut encore se permettre d’aller au restaurant ?
Nous étions également nombreux à ne pas aimer les soirées karaoké, sur un total de douze personnes seulement cinq ou six ont chanté, deux de nos amis ont pris le micro pour dire des bêtises, amuser la galerie et chanter sur des parodie de Michael Youn mais ça n’a pas duré longtemps, un autre a chanté sur des chansons de Daniel Balavoine, entre autres, mais seulement quelques rares fois. L’ambiance se voulait plutôt festive et bon enfant mais là encore Madame la nouvelle copine a gâché la soirée, avoir le monopole sur la fille qui nous a tous fait venir pour son anniversaire ne semblait pas lui avoir suffit, il lui fallait aussi celui d’un des deux seuls micros disponibles, hors de question pour elle de ne pas avoir un droit de veto sur le choix des chansons et de se retrouver dans l’ombre des invités qui ne demandaient qu’à faire la fête ! Même Monsieur m’a fait remarquer que son frère faisait la gueule dans son coin et leur sœur au fil de la soirée semblait beaucoup moins s’amuser. Je ne me doutais de rien jusqu’à ce qu’il m’en parle, je me souviens avoir compté les minutes jusqu’à l’heure de rentrer enfin tant j’avais passé une mauvaise soirée, longuement hésité à retourner dans la salle d’à côté pour m’installer seule à notre table vide pour retrouver un peu de calme et m’être à un moment demandée, effectivement, où était passé mon beau-frère. Je ne l’avais pas remarqué mais il s’était apparemment éclipsé un instant avec sa copine et elle lui aurait pris la tête parce qu’elle ne tenait pas à partager le micro. N’en a-t-elle donc jamais assez ? Monsieur n’a pas tort, elle manque beaucoup de maturité par moments… Son frère est alors revenu en faisant la gueule et a passé le reste de la soirée recroquevillé dans un coin de la pièce sur la banquette à fixer son téléphone portable tandis que sa petite amie se prenait pour une star. Une fois l’heure de payer la note tour à tour et s’en aller je l’ai entendue proposer de poursuivre la soirée chez elle et faire un autre karaoké. J’aurais voulu que mes yeux puissent VRAIMENT lui lancer des éclairs. Ce qu’elle ne devait pas avoir remarqué tant elle est égoïste et égocentrique c’est que nous n’aimons pas tous l’écouter chanter faux sur nos chansons préférées, il aura fallu que Monsieur lui réponde que nous sommes pour la plupart fatigués en plus de ne pas particulièrement aimer les karaokés et que ma belle-sœur précise qu’elle doit aller récupérer sa fille chez ses parents avec son compagnon. Une aubaine pour moi que de partir avec eux…

Madame la petite amie de mon beau-frère. Non, je ne lui ai pas encore trouvé de surnom pour la citer dans ce journal… Je n’en ai pour personne en vérité…

Je dois être honnête… Je ne l’aime pas ! Lorsqu’une soirée entre amis est prévue je suis vraiment déçue d’apprendre qu’elle y sera présente ou de tomber sur elle une fois arrivée au point de rendez-vous.

Il n’y en a que pour elle.

Je sens que je vais arrêter de mentir et je vais le dire clairement la prochaine fois que je ne veux pas venir à une soirée où je suis invitée mais où je me sens invisible et exclue ! Les vrais amis entretiennent les liens eux !

Quand cette meuf dit d’elle-même qu’elle est une connasse elle a pas tort du tout ! Au réveillon chez mes beaux-parents elle s’est permis de dire en haussant le ton à la fille de ma belle-sœur qui n’est âgée que de 5 ans et qui mourait d’envie d’ouvrir ses cadeaux en avance « On ne demande pas !  » alors que sa mère était juste à côté et que c’est son rôle à elle de l’éduquer puis c’est même pas comme si elle en était incapable ! De plus, si sa propre mère ne dit rien ce n’est pas à nous d’intervenir ! Elle avait aussi dit autre chose sur le même ton que je n’avais pas apprécié non plus mais impossible de m’en rappeler… Je mourrais d’envie de lui rentrer dans le lard et lui gueuler de rester à sa place ! Pour qui se prend-elle ? ! Même moi qui garde souvent cette petite sur qui j’ai de l’autorité et avec qui j’ai une super relation, je sais rester à ma place ! Ce n’est pas à moi d’éduquer cette enfant, elle a déjà une mère pour ça, je ne suis là que pour veiller sur elle lorsqu’on a besoin de moi et que je suis disponible. Je suis là pour jouer à cache-cache avec elle, aux dinosaures, aux marionnettes, pour regarder des dessins animés et faire des dessins à ses côtés, la nourrir, la garder en sécurité… Rien de plus ! Cette nana lui parle si mal qu’elle la fait même pleurer ! Est-ce qu’elle connait l’empathie envers les enfants ?!
Suite à cette leçon que la fille de ma belle-sœur avait reçue elle lui lançait un regard noir, j’ai crains qu’elle ne fonde en larmes et j’étais partagée entre la furieuse envie de contredire Madame et d’aller consoler la pauvre chérie, comment la blâmer de tant désirer ouvrir ses cadeaux qui lui font de l’œil sous le sapin à son âge ?

D’ailleurs je me rappelle qu’une fois je gardais la fille de ma belle sœur un mercredi et un jeudi, il était possible que l’on ait également besoin de moi le vendredi, c’était même sûr jusqu’à ce que Madame réclame et insiste pour prendre ma place, au final je suis rentrée chez moi hébétée et déçue qu’on la lui confie alors que j’ai l’habitude de jouer les baby-sitters pour ma belle-sœur depuis maintenant plus d’un an tandis que Madame elle, vient d’entrer dans notre belle-famille. J’ai prouvé être digne de confiance, il n’y a qu’à voir sa fille me sauter au cou lorsqu’elle me voit et demander de me faire venir parce qu’elle veut que nous jouions ensemble quand je ne la garde pas ! J’admet volontiers m’être sentie jalouse et menacée par cette situation, j’adore la fille de ma belle-sœur presque autant qu’elle m’adore, j’ai bien cru que cette relation enfant/baby-sitter du dimanche allait m’être volée par la nouvelle copine de mon beau-frère, je regrettais déjà sur le chemin du retour à la maison les dessins animés assommants, les partie de « cacache », les jouets qui traînent partout et toutes les fois où elle m’appelait en déformant mon nom « Néna », sans compter celles où le simple fait d’aller aux toilettes relevait presque du parcours du combattant parce qu’elle ne se lassait jamais de jouer avec moi.
Puis d’abord, pourquoi changer une équipe qui gagne ?
Rien ne crève plus les yeux chez Madame que son désir de se faire bien voir par sa belle-famille ! C’est en grande partie pour cette raison que je lui en tiens toujours rigueur aujourd’hui, pour cette histoire de garde de la petite, elle devait sûrement vouloir recréer avec elle ces liens que nous avons toutes les deux pour se faire valoir aux yeux de tous comme celle que même les enfants adorent tant elle est géniale ! Je n’ai pas ressenti un seul instant qu’elle puisse avoir éprouvé le désir désintéressé d’aider sa belle-sœur débordée entre son travail, son couple et sa vie de mère pour qu’elle puisse souffler et se recentrer un peu de temps en temps sur elle-même !
Aujourd’hui ce qui m’importe c’est toujours en priorité le bien-être de cette petite princesse et les bons moments qu’on passe ensemble, ces moments où je redeviendrai presque moi aussi une enfant et où j’oublie mes problèmes d’adulte.

J’en ai discuté avec Monsieur tout à l’heure, il a très bien résumé la situation, l’atmosphère dans laquelle je me sens à cause de l’attitude de sa belle-sœur, tout se transforme en compétition avec elle et personnellement, je n’ai jamais eu l’esprit compétitif ! S’il y a compétition entre elle et moi ça signifie alors une guéguerre que je n’ai pas initiée, qui n’en finit jamais, et dont je me lasserai très vite sans pour autant abandonner parce que je suis orgueilleuse…

J’ai toujours remarqué que lorsque je prend la parole, que ce soit pour m’adresser à elle, un membre de la famille de Monsieur ou pour rebondir sur ce qui est dit dans une conversation en groupe, elle fait la gueule ! Les traits de son visage se tendent, son regard change, son sourire retombe… Ça me met toujours très mal à l’aise et m’amène à me poser beaucoup de questions...
Ça tourne souvent en boucle dans ma tête et Monsieur y a pensé aussi sans que j’ose le dire mais il se peut qu’elle soit jalouse de moi, de mon physique… Il faut bien l’admettre, elle n’est pas soignée ni coquette, elle n’est pas laide, mais pas très… Jolie non plus… Elle a les cheveux coupés au carré alors que les miens sont longs et ondulés, elle n’a pas une silhouette de mannequin, moi-même je ne rentre pas dans un 36 non plus et pourtant, oui… Je suis plus belle qu’elle, même sans faire d’effort...
Oh... ! Je me sens si mal d’écrire ça !
...Et c’est pourtant la vérité...
Elle se sentirait donc peut-être mal à l’aise avec moi à cause de ma beauté… Je ne suis pourtant pas non plus une Scarlett Johansson ! Loin de là même ! Quand bien même ç’aurait été le cas elle ne devrait toujours pas se sentir menacée en ma présence et en y réfléchissant, je me dis qu’elle a peut-être juste peur de perdre toute l’attention… Pourtant, lorsqu’il s’agit d’une autre femme qui parle elle reste plutôt souriante maintenant que j’y pense...
Ma belle-sœur a toujours eu un caractère de cochon, elle est vraie et dit de but en blanc ce qu’elle pense, contrairement à moi elle n’a pas peur d’envoyer les gens promener, peu importe qu’ils se vexent, par conséquent la petite amie de son frère en a déjà fait l’expérience à de nombreuses reprises mais elle revient toujours vers elle, Monsieur m’a encore une fois ôté les mots de la bouche, si elle ne le fait pas avec moi c’est parce que je n’ai aucun lien de sang avec cette famille, je suis une pièce rapportée et il plane toujours au dessus de ma tête cette possibilité de rupture, je ne suis pas aussi importante que les beaux-parents, beau-frère et belle-sœur, je ne suis pas la personne qu’il faut à tout prix séduire en priorité pour qu’elle soit intégrée. La dernière chose qui pourrait expliquer pourquoi elle est plus froide à mon égard serait que je suis difficile à approcher. Je suis effacée et renfermée, je participe peu aux conversations autour de moi et je n’en lance pas. Je trouve que c’est bien facile de dire que je parle trop peu lorsqu’on ne me laisse même pas en placer une et lorsque je tente quand même de me faire entendre on ne prend pas la peine de m’écouter ! C’est bien facile de me dire que je ne participe pas aux conversations qui sont lancées lorsqu’il s’agit à 80% du temps de l’emploi de Monsieur et son frère ou celui de leur sœur, de nos amis, de leurs formations… C’est très répétitif et rébarbatif pourtant aucun d’entre eux ne s’en lasse ! Que dois-je donc faire ? Ne plus me laver, coiffer, habiller, pomponner, sourire pour regonfler la confiance de Madame et taper du poing sur la table, crier à plein poumons chaque fois que j’ai quelque chose à dire mais baisser d’un ton lorsque c’est elle qui parle ?

Il y a pourtant de la place pour elle aussi dans cette famille, à quoi bon rivaliser ?

]]>
2019-12-29T10:48:00+01:00
https://potatobanana.journalintime.com/Noel-2019 Noël 2019 Je ne voulais pas venir et lors de cette soirée j'ai constaté que j'aurai effectivement été bien plus heureuse si Monsieur était parti chez ses parents sans moi. Il m’a acheté deux robes de soirée, je n'avais aucune excuse pour faire marche-arrière. L'une des deux est très sexy et rouge mais trop serrée, trop moulante et trop échancrée, la deuxième dorée, cache-cœur, fendue sur le côté, et je l’ai portée le soir du réveillon avec un serre-tête couvert de faux diamants. Tout le monde m’a dit que je ressemblais à une princesse et c’était effectivement le cas, Je ne voulais pas venir et lors de cette soirée j’ai constaté que j’aurai effectivement été bien plus heureuse si Monsieur était parti chez ses parents sans moi. Il m’a acheté deux robes de soirée, je n’avais aucune excuse pour faire marche-arrière. L’une des deux est très sexy et rouge mais trop serrée, trop moulante et trop échancrée, la deuxième dorée, cache-cœur, fendue sur le côté, et je l’ai portée le soir du réveillon avec un serre-tête couvert de faux diamants. Tout le monde m’a dit que je ressemblais à une princesse et c’était effectivement le cas, j’avais passé la journée à me maquiller et tenter de dompter ma crinière, la semaine dernière j’ai enchaîné tous les soins de peau, cheveux, ongles et visage en tous genres pour être au top.

J’ai réussi. J’étais au top du top. Ce soir-là j’avais l’air d’une princesse. Je rayonnais.

Arrivée chez mes beaux-parents j’ai constaté que personne n’avait fait autant d’effort que moi, en particulier ma belle-sœur qui était à l’origine de cette idée de robes de soirée, elle avait décidé de s’en acheter une trois mois plus tôt pour finalement porter un stupide combishort avec un gilet noir et une paire de collants ! Sans elle je me serai pointée vêtue de mes vêtements du quotidien. J’avais le sentiment d’en faire trop, de faire tâche dans le décor, plus tard, je me suis même sentie fausse avec mes escarpins, ma robe et mon maquillage, je n’étais plus moi-même, la fille en jean-baskets, je jouais à la femme fatale, mais cette femme fatale n’est qu’une toute petite partie de moi.

Il y avait également eu un grand absent autour de la table, le compagnon de ma belle-sœur puisqu’il avait travaillé toute la journée en commençant très tôt le matin et recommençait le lendemain. On l’aime tous beaucoup et sans lui ce Noël aura été bien fade… J’étais d’ailleurs la seule à ne pas avoir travaillé le jour même, la seule capable de tenir éveillée jusqu’au petit matin et pourtant la fatigue de toute ma belle-famille a drainé mon énergie en plus de toutes les musiques pourries que la petite amie de mon beau-frère avait lancées.
Puis est venue l’un des moments que je redoutais le plus : L’OUVERTURE DES CADEAUX.
Ma belle-mère m’a alors tendu avec un grand sourire et une affection sincère dans le regard, LE PAQUET que je ne voulais surtout pas ouvrir et par-dessus le marché, le seul cadeau présent sous le sapin à porter mon nom. Je me débarrassais du papier en feignant de regarder la boîte comme si je la voyais pour la première fois, incapable de décrocher le moindre mot sans fondre en larmes sous le regard attentif de tous les quelques convives et ma belle-sœur, sûrement à cause de mon manque de réaction, a longuement articulé : « WOOooaAAouh ! WOOooaAAouh ! WOOooaAAouh ! ». Je crois avoir souri en coin pour faire plaisir plus que par véritable envie et sa réaction m’exaspérait davantage, j’aurais vraiment voulu lui refiler mon cadeau parce que je savais qu’il lui plairait forcément plus qu’à moi…

Je suis bien trop honnête pour jouer correctement la comédie, il n’y a pas plus mauvaise actrice que moi sur Terre, mon expression traduisait parfaitement ma déception, même Monsieur m’avait soufflé à l’oreille : « Fais pas la gueule… », et j’essayais pourtant ! Au final, je n’avais pas beaucoup de choix quant à ma façon de réagir, soit je surjouais plus que faussement la joie et le bonheur et finissais par des pleurs tout ce qu’il y a de plus vrai, soit je me laissais aller et craquais ouvertement devant tout le monde en bégayant que ce cadeau était plus de mille fois à l’opposé de ce que je voulais, qu’il fallait le renvoyer chez Amazon et qu’on le fasse rembourser, la dernière option étant de faire de mon mieux pour rester impassible quand à côté de moi, beaux-frères et belles-sœurs déballaient gaiement ce qu’ils avaient demandé...
Même le repas était à la hauteur de cette soirée, la petite amie de mon beau-frère était en congé la veille et avait passé la journée à préparer des makis pour l’apéritif, ayant passé un jour et une nuit dans le frigo, ils en sont ressortis mous, humides et fades… J’étais en deuxième position juste après elle, la plus déçue du résultat puisque les sushis et makis sont mon plat préféré. Madame nous avait aussi servi des verrines crabe-avocat qu’elle avait préparées et dans lesquelles la mousse à base de vinaigre de framboise gâchait le goût, ne voulant pas la blesser, je me suis forcée à finir le pot...
Puisqu’il ne restait plus rien sous le sapin, pas d’autre cadeau pour moi susceptible de me faire oublier un peu la boîte de shampooing, mon moral a rechuté plus bas encore et j’ai perdu l’appétit, tout le monde se servait du gratin dauphinois et de la viande tandis que je détournais la tête et serrais les dents pour ravaler les larmes que je sentais me monter aux yeux. Je ne sais pas ce que je croyais, je n’avais pas de grandes attentes de cette soirée et pourtant j’ai naïvement pensé que « peut-être » on m’avait acheté l’IPad rose gold que je souhaitais profondément obtenir en me faisant croire que personne n’avait les moyens pour que je sois surprise de le découvrir derrière son beau papier cadeau.
Dans le fond, je ne suis pas du tout déçue de ne pas avoir reçu ce que j’avais demandé, ce qui me déçoit c’est qu’on ne me demande jamais ce que je veux, qu’on choisisse de jouer à la sourde-oreille lorsque je répète ne pas aimer les surprises et qu’on m’offre à tout prix quelque chose sans connaître mes goûts. Lors du premier Noël chez ma belle-famille j’ai eu droit à un immonde collier dont le pendentif était un hibou avec son petit dans un cercle, une petite lanterne en plastique qui fonctionne très mal de chez Gifi et un horrible cadre photo en plastique rose en forme de hibou provenant du même magasin. J’ai dû lutter pour obtenir ce qu’il me fallait vraiment : une imprimante. Rien ne m’était plus nécessaire ! Je me souviens même que mon beau-frère m’avait demandé perplexe : « Mais pourquoi une imprimante... ? », ce n’est certes pas un beau cadeau pour certains mais c’est ce que je voulais vraiment et ça m’avait fait plaisir de l’avoir enfin, elle m’est si utile ! L’année dernière j’avais montré à ma belle-sœur une brosse lissante et un appareil photo instantané rose gold qui m’intéressaient et je les ai eu non pas sans m’inquiéter de ce avec quoi j’allais me retrouver, peut-être n’aurai-je rien eu si je ne les avais pas réclamés, peut-être aurait-ce été également un coffret de shampooing et soins pour cheveux abimés, ou peut-être une autre babiole en plastique cheap à l’effigie d’un hibou alors que je n’ai jamais déclaré aimer les hiboux…

En toute honnêteté, j’aurais été BEAUCOUP moins déçue si je n’avais pas eu de cadeau du tout, ça ne m’aurait fait ni chaud ni froid ! Encore maintenant je me retiens de pleurer en pensant qu’on m’a offert de la ***** histoire de me faire un cadeau À TOUT PRIX, de penser que j’ai eu du shampooing alors que je voulais un IPad…

]]>
2019-12-26T16:10:00+01:00
https://potatobanana.journalintime.com/Cadeau-de-Noel-Shampooing Cadeau de Noël : Shampooing Le chargeur de mon PC portable est mort depuis... Si longtemps que je ne saurais le dater ! J'ai passé toute l'année à en réclamer un nouveau pour mon anniversaire et il n'est jamais arrivé. J'ai réitéré ma demande pour ce Noël et Monsieur a fini par céder et a suivi le lien vers la page Amazon du produit en question que je lui avais soumis sans trop regarder en détails. Je l'ai trouvé quelques jours plus tard dans ma boîte aux lettres, l'ai déballé avec précautions et lorsque j'ai voulu le brancher les larmes me sont montées aux yeux. L'embout est rond alors que le port de Le chargeur de mon PC portable est mort depuis… Si longtemps que je ne saurais le dater ! J’ai passé toute l’année à en réclamer un nouveau pour mon anniversaire et il n’est jamais arrivé.

J’ai réitéré ma demande pour ce Noël et Monsieur a fini par céder et a suivi le lien vers la page Amazon du produit en question que je lui avais soumis sans trop regarder en détails. Je l’ai trouvé quelques jours plus tard dans ma boîte aux lettres, l’ai déballé avec précautions et lorsque j’ai voulu le brancher les larmes me sont montées aux yeux. L’embout est rond alors que le port de mon PC est rectangulaire…

J’avais été si frustrée de ne plus pouvoir accéder à mes données durant ces longs mois, aveuglée par cette privation, que j’en avais carrément oublié de zoomer sur l’image du produit pour voir s’il était compatible !

Autre problème : le chargeur avait été acheté sur un compte client Amazon auquel je n’avais pas accès pour demander un remboursement et renvoyer le produit au vendeur.
C’est un ami qui possède ce compte. Il est à son nom à lui et toute sa famille, d’autres amis et la famille de Monsieur, lui y compris, font leurs achats de Noël dessus. On ne m’autorisait pas à m’y connecter pour m’empêcher de jeter un œil à l’historique de commandes afin de ne pas gâcher l’effet de surprise lorsque je déballerai ce soir mon cadeau sur lequel on me n’a laissé aucun choix. Heureusement pour moi il y a eu cette histoire de remboursement…

DÉTESTANT les surprises et étant difficile lorsqu’il s’agit de m’offrir quelque-chose, j’y ai fait un tour une fois que la demande de remboursement du chargeur était envoyée au vendeur.
_Une montre connectée pour femmes : ma belle-soeur, elle en a réclamé une.
_Un jouet pour enfant : Sa fille, évidemment.
_Des fouets de cuisine : La petite-amie de mon beau-frère, elle les a demandés.
_Un coffret contenant une serviette mauve, un flacon de shampooing, un après shampooing et un masque capillaire, le tout pour cheveux secs : Je parie que c’est moi.

Je savais déjà que mes beaux-parents avaient commandé quelque chose pour moi bien avant que je soumette une liste d’idée sur mon profil Facebook et donc qu’il s’agirait soit de quelque-chose que j’ai déjà, soit de quelque-chose qui ne me plairait pas. Bingo ! Du deux en un ! Le seul point positif que je trouve dans tout ça c’est qu’au moins ils n’ont pas vu mon visage se décomposer devant mon écran, j’ai le temps de me préparer à jouer la comédie lorsque je déchirerai le papier sous leurs yeux ce soir...
J’ai le devoir de mentir même si je meurs d’envie de crier sur tous les toits « Qui ? ! Qui voudrait recevoir du shampooing à Noël ? ! Qui serait heureux de recevoir du shampooing ? ! »
Pour cheveux secs en plus ! Mes cheveux donnent l’air d’êtres si peu soignés ? En toute honnêteté, ça m’a blessée… On dit que c’est l’intention qui compte et je sais au fond de moi que l’intention était de me faire plaisir mais comment peut-on faire plaisir à quelqu’un avec un cadeau qui souligne ses défauts physiques ?

Tous les ans c’est la même chose, je REDOUTE les fêtes au plus profond de moi. Lorsque je déclare ne pas vouloir de cadeaux on s’énerve presque en me répondant que j’en aurais quand même, lorsque je dis détester les surprises on me lance "Je m’en fous !" et lorsque je partage une liste d’idées pour que l’argent de ma belle-famille ne soit pas jeté par les fenêtres on m’offre des choses impensables que personne sur internet ne veut me racheter…

]]>
2019-12-22T01:06:00+01:00
https://potatobanana.journalintime.com/J-aimerais-leur-dire-leurs-4-verites J'aimerais leur dire leurs 4 vérités... Les soi-disant amis qui m'entourent sont sérieusement des gros cons ! Ils se comportent vraiment comme des gros cons ! Samedi-soir j'ai été invitée chez un amis qui vit encore chez ses parents. Monsieur, mon beau-frère et sa copine étaient présents ainsi que le petit-ami de ma belle-sœur, ma belle-sœur elle-même et sa fille de 5 ans. Autour de la table, toute la soirée, on m'a coupé la parole, on a parlé en même temps que moi d'autres choses et royalement ignorée lorsque j'avais quelque chose à dire... Mon beau-frère critique l'amie de sa sœur que peu de gens dans notre Les soi-disant amis qui m’entourent sont sérieusement des gros cons ! Ils se comportent vraiment comme des gros cons !

Samedi-soir j’ai été invitée chez un amis qui vit encore chez ses parents.
Monsieur, mon beau-frère et sa copine étaient présents ainsi que le petit-ami de ma belle-sœur, ma belle-sœur elle-même et sa fille de 5 ans.
Autour de la table, toute la soirée, on m’a coupé la parole, on a parlé en même temps que moi d’autres choses et royalement ignorée lorsque j’avais quelque chose à dire…

Mon beau-frère critique l’amie de sa sœur que peu de gens dans notre bande apprécient, il juge que sa sœur ne voie pas des personnes « fréquentables » et elle rétorque alors que lui non plus, puisqu’il est très proche d’un type que nous sommes nombreux à détester et sur lequel j’ai appris des horreurs récemment.
Je ne peux pas m’empêcher de me rappeler ce qu’une amie* m’a raconté à son sujet, la façon dont il l’a traitée, et je réponds que ce mec n’est pas une si bonne personne, certes, il est cool avec mon beau-frère mais il ne l’a pas été avec moi le peu de fois où je l’ai croisé et a fait bien pire avec une autre, je tenais juste à apporter cette précision dans le vain espoir de faire comprendre à mon beau-frère buté qu’il est mal placé pour juger les fréquentations d’autrui.
Il me répond que certaines personnes sont juste haineuses, aucun nom n’est mentionné mais nous savons tous très bien de qui il est question et j’ajoute que parfois les gens ont de bonnes raisons d’avoir « la haine » comme il dit, mais bien sûr avec l’intention d’en rester là, d’une part, parce que je sais que débattre avec lui est inutile, il défendra toujours aveuglément ce mec ignoble et d’autre part, il ne m’appartient pas de révéler ce dont on m’a informée loin de toute oreille qui traîne.

Monsieur est alors intervenu en m’incitant à me taire immédiatement et à tous changer de sujet, le repas n’avait même pas encore commencé et l’ambiance était déjà malaisante.

Énervée, je lui ai lancé un regard noir qu’il n’a pas même vu, mais dans le fond je voulais brusquement l’attraper par le bras et lui demander pour qui il se prend à faire preuve d’autorité avec moi devant tout le monde de la sorte et lui faire remarquer que je suis adulte, capable de réfléchir avant de parler et je sais quand m’arrêter, mais surtout quand m’arrêter lorsque je parle à une personne peu ouverte d’esprit.

Un peu plus tard vient le sujet des cadeaux de Noël, tout le monde s’interpelle de tout les côtés pour demander qui veut quoi et suggérer ce qui ferait plaisir à telle et telle personnes. On ne m’a pas jeté un seul regard ni adressé la parole, dans le fond j’ai pensé : « Ok ! Très bien ! Ca fait rien de toutes façons. Si on veut m’offrir quelque chose c’est peine perdue et je passe déjà toute l’année à répéter dans le vide que je ne veux rien pour ne pas être déçue puis j’ai décidé de boycotter le réveillon de cette année chez les beaux-parents que je ne peux plus voir en peinture après ce qu’ils m’ont fait, à quoi bon m’acheter des choses qui ne me plaisent pas, ne me sont pas utiles et que je ne viendrais pas chercher ? Qu’ils gardent tous leur argent. »

Notre hôte s’affairait à remplir nos assiettes aux même moment juste à côté de moi, tout le monde lui réclamait des cadeaux exagérés, nous en riions tous et j’ai alors à mon tour plaisanté en lui disant que je veux un bébé chien s’il tenait à faire un geste pour moi lors des fêtes. La petite-amie de mon beau-frère s’est alors exclamée « Oh elle recommence avec son histoire de chien celle-là ! » et on m’a demandé quelle race m’intéresse particulièrement.
Les carlins bien sûr, même si je me prends à rêver d’un petit teckel ces derniers temps. Elle me fait alors remarquer que les carlins ont souvent des problèmes respiratoires, et pour avoir déjà eu une chienne shi-tzu je sais aussi d’avance que les carlins ont des yeux globuleux fragiles mais je n’ai pas eu le temps d’ajouter que les plis de peau au niveau de leurs visages sont à entretenir avec soin car il est déjà trop tard, on m’a coupé la parole de tous les côtés et madame ne s’est pas gênée de tourner la tête à l’opposé de ma direction pour écouter parler quelqu’un d’autre alors que je la regardais droit dans les yeux, j’en suis restée bouche bée...
Cette fille passe son temps à « en faire trop » pour se faire aimer de tout le monde, elle n’est pas naturelle avec qui que ce soit excepté son petit-ami s’il n’y a personne autour, ça a le don de me taper sur les nerfs mais jamais je n’ai fait la moindre remarque car il n’est pas dans mes intentions de la mettre de côté ou de provoquer la moindre discorde au sein de ma belle-famille, or, avec moi, j’ai envie de dire qu’elle est… Froide. Distante. Je me sens rabaissée et petite face à son comportement, je ne sais pas comment la prendre et je me remets beaucoup en question, j’ai le sentiment qu’elle ne m’apprécie pas avant même d’avoir appris à me connaître, et je dois l’admettre, je ne l’apprécie pas beaucoup non plus mais j’aimerais aller au-delà de cette impression qu’elle me fait car je trouve très difficile de cerner quelqu’un qui ne s’autorise pas à être lui-même !

Blessée, je me suis tue et renfermée un peu plus sur moi-même. Je ne sais plus comment, nous en sommes arrivés à discuter de voisinage, du moins, les autres en sont arrivés à ce sujet. Monsieur a mentionné ma voisine d’en face qui se met à hurler seule chez elle à 3h du matin et lancer des insultes à quelqu’un qui n’existe pas, à se disputer face à un mur et un soir lorsque j’ai eu le malheur de jeter un œil à ma fenêtre, interpellée par les cris, elle m’a gratuitement traitée de « pétasse».
Un rare silence s’est alors installé un instant et j’ai cru avoir la possibilité d’ajouter qu’en plein été cette femme sort de chez elle avec un manteau de fourrure sur le dos en s’éventant avec un bout de papier plié en éventail et fait les cents pas devant sa fenêtre durant des heures mais au premier mot sorti de ma bouche, mon beau-frère assis à ma gauche s’est lancé dans sa propre histoire en faisant en sorte de parler plus fort pour couvrir ma voix et bien sûr, là encore, j’étais invisible, je me sentais invisible, et seule. Étrangère...
Il y a eu ensuite l’histoire de ma voisine de palier qui passait son temps à écouter ce que je fais chez moi et à commenter tout ce qu’elle entend. Les murs sont très fins et elle a installé sa chambre derrière ma salle de bain. Un soir en plein week-end, je suis rentrée tard d’une soirée entre amis, alcoolisée et couverte de sueur, j’ai pris une douche avant d’aller dormir et depuis elle avait décidé de me faire la guerre, elle écoutait les allées et venues dans le couloir nuit et jour dans l’espoir de me chopper pour le moindre bruit et c’est sur Monsieur qu’elle est tombée en croyant m’attraper moi pour me pourrir. L’expression de son visage et son langage corporel ont subitement changés, ça devait être drôle, et une autre fois alors qu’on partait, elle a couru à sa porte pour me faire une leçon de vie, on aurait cru qu’elle attendait juste derrière soi dit en passant… Monsieur racontait que j’avais tenté un début de protestation avec cette imbécile en mimant des bégaiements totalement inventés et a expliqué avoir pris ma défense, j’essayais d’expliquer qu’il « enjolivait » cette histoire car je ne lui ai rien répondu et faisait la sourde-oreille mais on n’écoutait que lui me faire passer pour une fillette qui ne sait pas se défendre, peu importe que j’élève la voix pour me faire entendre et un autre sujet était balancé sur le tapis avant que j’ai pu ajouter qu’une fois elle m’avait avoué elle-même écouter une autre voisine parler chez elle au téléphone en portugais et n’avoir pas tout compris lors de cette conversation à laquelle elle n’était pas invitée à participer.

Ce petit jeu a duré toute la soirée, il n’y avait aucune place pour moi, j’en suis venue à regretter d’avoir été invitée et d’être venue. Ce que je trouve problématique en dehors du fait que tout le monde se soit montré irrespectueux envers moi, c’est qu’il ne s’agit pas de la première fois où je suis traitée de cette manière, je ne donne à personne la moindre raison de le faire et je m’assure toujours de laisser les autres finir de parler avant d’essayer d’en placer une à mon tour, parfois on se tourne même vers moi en me reprochant de ne jamais rien dire, d’être une « plante verte » mais le résultat est toujours le même, on ne veut pas m’écouter...

Sur le chemin du retour, serrée comme une sardine à côté de Monsieur à l’arrière de la voiture de ma belle-sœur et son compagnon, j’ai essayé de cacher mes pleurs, je ressentais tant de colère, de tristesse et de rancœur, à plusieurs reprises je mourais d’envie de taper du poing sur la table, me lever de ma chaise, crier sur tous les convives, distribuer des gifles même alors que je ne suis pas de nature violente ! Porter un peu de considération aux autres ne fait pas de mal et loin de moi l’idée d’être le centre de l’attention pourtant !

En rentrant, Monsieur qui me voyait faire la tête m’a demandé ce que j’avais et c’est au « Y a quelque chose que j’ai fait ? » dit d’un air tout innocent que j’ai réagi, j’avais besoin d’extérioriser cette colère qui brûlait (brûle) en moi, j’ai expliqué souffrir de l’attitude général à mon égard mais ne souhaitais ne lui reprocher que la sienne, en tant que petit-ami c’est particulièrement décevant, mais voilà qu’il me coupait encore alors que je commençais à peine à m’exprimer après ces sollicitations !

« Gueules pas je veux pas que les voisins nous entende ! »

Je ne « gueulais » même pas et ce n’était pourtant pas l’envie qu’il me manquait, je m’efforçais de m’énerver en restant tempérée et Monsieur n’était pas content, pire, il se souciait plus à cet instant de l’avis de nos voisins éveillés qu’on ne connait pas que du mien !
Surprise, je n’ai pas poursuivi, il n’en avait pas eu assez semblait-il de me faire taire durant toute la soirée sans jamais s’en excuser ! Ni même la fois où ma voisine nous a attrapés dans le couloir pour me dire à quelles heures elle préférait m’écouter prendre ma douche, je n’avais pas eu le temps de lui répondre alors qu’elle s’adressait à MOI.
J’ai hésité une seconde à rétorquer que si Monsieur voulait que je « gueule » je pouvais gueuler et il aurait tout de suite vu la différence, j’ai hésité à crier dans l’appartement, mais aurait-ce arrangé les choses ? S’il n’est pas disposé à m’écouter quand je hausse le ton, ni à me laisser exprimer mes sentiments « comme ils me viennent » tant pis !
Je l’ai envoyé promener hier matin et je passe mon temps à l’ignorer royalement jusqu’à ce que j’en ai assez désormais et j’ai déclaré ne pas venir à la soirée d’anniversaire « surprise** » de mon beau-frère à la fin du mois où tout le monde est convié, avec en plus l’intention de refuser toute autre invitation entre temps, je ne suis pas un paillasson et je ne vois pas l’intérêt de perdre mon temps avec tous ces gens qui me traitent mal, j’ai du respect pour moi-même au moins !

____________________________________

* Cette amie ne se conduit pas en amie car en dehors des soirées où nous nous croisons elle ne me parle jamais, même, lors des derniers repas que nous avons partagés elle ne m’a pas adressé un mot et est restée en petit comité avec une ou deux autres personnes. Un jour nous discutions à trois avec la petite-amie de mon beau-frère et subitement la conversation s’est refermée sur elles et sous mon nez sans me jeter un seul regard, elles projetaient de partir en vacances à l’étranger toutes les deux. Je me suis sentie ouvertement exclue mais n’ai pas osé m’immiscer entre elles…

** Monsieur m’incite à me taire pour ne pas partager les secrets que l’on m’a confiée et que je n’ai jamais répété à qui que ce soit, même pas à lui, en revanche il ne bronche pas lorsque les gens parlent sans aucune discrétion de cadeaux surprises et particulièrement de fête surprise en l’honneur de l’anniversaire de son frère qui a déclaré s’en douter car il les avait tous entendus en parler bien trop fort dans son dos…

C’est d’ailleurs l’anniversaire de ma belle-mère ce soir, ils sont tous chez elle pour l’occasion excepté moi, je suis contente qu’on ne m’ait pas forcé la main pour faire acte de « présence», que pour une fois, ma décision de ne pas voir mes beaux-parents soit respectée… Je peux apprécier ma propre compagnie.

]]>
2019-11-11T23:00:00+01:00
https://potatobanana.journalintime.com/Deception Déception Je suis déçue. Je savais déjà qu'il m'avait trouvée ici, qu'il me lisait, mais par moments je l'oublie, je me sens en sécurité, dans mon jardin secret, or je n'ai pas de jardin secret, nulle-part où me cacher pour être seule avec moi-même, au sens propre comme au figuré... Il s'est vendu tout seul en prononçant ce mot, il s'est trahi et JE me sens trahie. J'ai encore cette putain d'envie de pleurer qui monte en moi... Ils m'auront tous fait le coup. Je n'ai pas le droit d'avoir un journal intime publié ici. Ça me blesse, vraiment. Je dois m'auto-censurer chez moi et j'ai Je suis déçue. Je savais déjà qu’il m’avait trouvée ici, qu’il me lisait, mais par moments je l’oublie, je me sens en sécurité, dans mon jardin secret, or je n’ai pas de jardin secret, nulle-part où me cacher pour être seule avec moi-même, au sens propre comme au figuré...
Il s’est vendu tout seul en prononçant ce mot, il s’est trahi et JE me sens trahie. J’ai encore cette putain d’envie de pleurer qui monte en moi…

Ils m’auront tous fait le coup.

Je n’ai pas le droit d’avoir un journal intime publié ici. Ça me blesse, vraiment.
Je dois m’auto-censurer chez moi et j’ai raison de croire que je ne peux pas accorder ma confiance…

On est invités chez son frère et sa copine à dîner ce soir, c’est prévu depuis le week-end dernier et j’avais cru comprendre que ses parents sont invités également, rien que l’idée de les voir avait suffit à me dissuader d’accepter l’invitation et puis je n’étais déjà pas très motivée à la base. Ce n’est pas plus le cas maintenant et rien ni personne ne me fera changer d’avis, aujourd’hui je ne bouge pas, point barre.
J’ai été déçue qu’il ne mentionne pas ses parents dans la liste des invités, comme pour me forcer à venir, il n’accepte pas que je dise non, que je boycotte les dîners de famille, que je sois rancunière envers ses parents pour l’avoir mis dehors, nous avoir forcés à cohabiter.
Je ne suis pas sûre qu’ils se soient posé la question du pourquoi nous n’habitions pas déjà ensemble avant ça, il y a pourtant une bonne raison et à côté de ça, je ne suis pas sûre que Monsieur comprenne ce que ça m’a fait, mon avis n’a pas été sollicité dans cette situation qui me concerne pourtant, on m’a clairement forcé la main et aujourd’hui c’est moi qui suis malheureuse.

(Par conséquent ça se répercute aussi sur lui bien sûr.)

J’arrive très bien à comprendre qu’ils aient eu besoin de son départ, je suis capable de me mettre à leur place et c’est ce que j’ai fait mais la rancune que j’ai en moi est tenace. Le mal est fait et aucun pardon n’effacera ça.

————————————————————

Je cumule les bourdes sur Instagram ces derniers jours.

Pour commencer : mon commentaire plus que maladroit, totalement irréfléchis et gratuitement méchant envers les personnes minces. Si des personnes souffrant d’anorexie, par exemple, tombaient dessus quel effet ça leur ferait je crois ?

Ouais, voilà…

Ensuite il y a cet autre compte, Punchlinettes, qui a posté une réponse donnée à un homme qui affirme (à tort) que les femmes lorsqu’elles se pomponnent uniquement pour elles-même, le font quand même inconsciemment pour les séduire. Bien sûr c’est de la connerie de haut niveau de penser ça, en revanche rétorquer que les femmes couchent avec les hommes pour leur seul plaisir et se fichent complètement qu’ils aient des orgasmes ou non, ça va à l’encontre des valeurs féministes que je clame défendre.
J’avais partagé ce post dans ma story, ça m’avait fait un peu rire même si ma petite voix intérieur disait que ce n’est pas ma façon de penser. Au bout d’une ou deux minutes je me suis rendue compte de mon erreur par moi-même et l’ai supprimé non pas sans me réjouir d’être une femme totalement anonyme et d’avoir peu d’abonnés au passage…

Puis aujourd’hui c’est Seb qui m’a fait remarquer qu’un autre post que j’ai partagé dans ma story était transphobe. C’est un tweet s’adressant aux hommes qui dit qu’ils n’ont pas à avoir honte d’acheter des tampons puisque tout le monde sait qu’ils ne sont pas pour eux. Ai-je réfléchis avant de partager ça ? Non… J’ai pourtant conscience que des hommes trans ont leurs règles et sont contraints d’acheter ce type de produits d’hygiène, le comble c’est que je suis moi-même membre de la communauté LGBTQIA+ !
Misère...
S’il avait été précisé que ce message était adressé aux hommes cis-hétéros qui en achètent pour leurs copines se seraient passé mais là ce n’était pas le cas. J’ai donc pris la décision de ne plus rien partager dans ma story sur Instagram, j’avais d’abord pensé désinstaller l’application mais j’aime et j’ai besoin de créer du contenu sur mon profil, j’ai des choses à dire, je veux que les gens sachent clairement pourquoi je suis féministe et pourquoi existe le féminisme, comment j’ai été élevée, ce que j’ai subi PARCE QUE je suis une femme et ça m’aide à tout déconstruire pour me faire ma propre éducation et je l’espère, faire ouvrir les yeux à tous ceux qui sont contre cette idéologie qu’ils ne connaissent pas bien et qu’ils ne comprennent pas.

Je suis déprimée, je n’ai envie de rien, je me sens mal dans mon corps, ce n’est pas non plus le top au niveau santé et lorsque mes proches parlent de recevoir leurs salaires ou leurs indemnités de fin de contrat en ma présence je me sens blessée, agressée, provoquée…

Je suis à côté de mes pompes ces derniers jours…

]]>
2019-09-12T12:38:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Bad-day Bad day Ok. La journée commence mal. Hier on s’est "disputés" avec Monsieur et j’ai gardé cette rancune en moi au coucher donc je me réveille avec, je suis de mauvaise humeur, j’ai aussi commenté des images de campagne de pub pour la marque Zara sur un compte féministe sur Instagram et j’ai fait l’erreur de ne pas me relire alors des personnes ont pointé du doigt mes paroles méchantes et influencées par des années d’étroitesse d’esprit de mon entourage et de l'éducation que j'ai reçue. "Ah bah ouais si on la met à côté d’un squelette couvert de peau elle a l’air Ok. La journée commence mal. Hier on s’est "disputés" avec Monsieur et j’ai gardé cette rancune en moi au coucher donc je me réveille avec, je suis de mauvaise humeur, j’ai aussi commenté des images de campagne de pub pour la marque Zara sur un compte féministe sur Instagram et j’ai fait l’erreur de ne pas me relire alors des personnes ont pointé du doigt mes paroles méchantes et influencées par des années d’étroitesse d’esprit de mon entourage et de l’éducation que j’ai reçue.

"Ah bah ouais si on la met à côté d’un squelette couvert de peau elle a l’air d’être un mannequin « grande taille » !"

Elles ont raison, quand on se dit féministe on ne parle pas comme ça des femmes minces ! Mon intention n’était pourtant pas de dénigrer qui que ce soit, seulement de constater avec mépris à quel point les grandes marques nous prennent pour des imbéciles et refusent d’habiller une certaine catégorie de femmes.
Je suis donc de mauvaise humeur à cause de ça, j’ai honte d’avoir tenu ces propos qui ne sont pas du tout en accord avec mes idées féministes et mon désir d’être toujours plus ouverte d’esprit, je suis mal à l’aise d’avoir été reprise comme ça, je me suis sentie méprisée mais d’un sens je suis quand même contente que ce soit arrivé, je suis contente qu’on m’ait fait prendre conscience de ma faute, je peux travailler dessus et faire en sorte de ne pas la reproduire, il y a un point positif dans cette histoire !
Les mauvaises habitudes ont le cuir dur malheureusement… Puis c’est ça aussi le féminisme ! Déconstruire toutes ces conneries sur l’image du corps des femmes, nos regards sur elles...
Je suis aussi de mauvaise humeur à l’idée d’avoir peu et mal dormi, de me réveiller en pensant à toutes les corvées qui m’attendent et surtout de commencer la journée par du ménage, de la continuer et terminer par du ménage.
Monsieur ne cuisine pas et c’est un vrai problème. Il ne fait pas l’effort, il ne veut pas le faire et à côté de ça il rêve que nous déménagions dans une maison plutôt que d’être à l’étroit dans mon 25m2 plein de moisissure. On en a discuté tant de fois mais ça ne rentre pas dans sa tête, je ne veux pas vivre avec un homme qui fume (l’appart empestait la clope hier) et qui ne cuisine pas, je pense avoir le droit de vouloir être autre chose qu’une femme à la cuisine et une fumeuse passive...
Je suis las de toutes ces discussions stériles et ces disputes que nous avons eues, j’ai souvent entendu que le dialogue désamorçait les situations compliquées dans un couple mais j’ai quand même l’impression que ça ne s’applique pas à tout le monde, je me sens désespérée, je ne sais plus comment m’y prendre, par moments j’ai même envie de baisser les bras. Il doit penser que me donner un coup de main lorsque je prépare les repas me fera croire qu’il fournit les efforts que j’attends, dont nous avons tous les deux besoins mais je ne suis pas dupe ! Il choisit de nettoyer tout l’appartement pour que cette part des responsabilités ménagères me reviennent à moi systématiquement, c’est très frustrant et ça m’attriste aussi beaucoup, il se donne bonne conscience en me demandant si j’ai besoin d’aide puis retourne à ses jeux vidéos en attendant que ce soit prêt… Tout ce que j’ai trouvé comme solution c’est d’inverser les rôles, ne pas laisser le moindre linge à laver, sécher, ranger, idem pour la vaisselle et pas un seul grain de poussière ne doit traîner, finit les prétextes pour ne pas se conduire en adulte et en homme moderne ! Il devra aussi dresser de VRAIES listes de courses pour faire de vrais repas, j’en ai plus qu’assez des :

_Bières
_Bretzels
_Chips
_Chokobons et autres
_Café
_Sucre
_Gel douche pour hommes
_Dentifrice
_Cire pour les cheveux
_Déodorant
_Conserves

En me relisant j’ai l’impression d’avoir sous les yeux la liste de courses d’un homme célibataire qui a tout sauf envie de vivre en couple dans une maison avec jardin… Ai-je d’autre choix que de devoir lui couper l’herbe sous le pied et passer en mode passive-agressive ? J’ai envie d’abandonner, vraiment, et pourtant me voilà à tenter encore et encore… Il est même sensible au point que je doive lui dire les choses en passant par des post-its semés dans l’appart pour qu’il ne soit pas irrité par le ton de ma voix lorsque je lui explique que ça me rend dingue de vivre comme ça…

]]>
2019-09-11T09:49:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Bittersweet Bittersweet Je suis contente de pouvoir dire que je me suis soignée moi-même, vraiment contente, cette ********* a dégonflé en une nuit et la douleur a disparu avec le combo dafalgan 1000mg, douche de bétadine, et la pommade prescrite par la gynéco de l’hôpital, je suis contente de ne pas avoir eu besoin de passer par la case urgences ni d’aller chez le médecin à la première heure, je suis contente que le problème cette fois ait été bien moins grave car la guérison a pris tellement moins de temps que la dernière fois et c'était bien moins douloureux puisque je pouvais encore marcher ! Je suis contente de pouvoir dire que je me suis soignée moi-même, vraiment contente, cette ********* a dégonflé en une nuit et la douleur a disparu avec le combo dafalgan 1000mg, douche de bétadine, et la pommade prescrite par la gynéco de l’hôpital, je suis contente de ne pas avoir eu besoin de passer par la case urgences ni d’aller chez le médecin à la première heure, je suis contente que le problème cette fois ait été bien moins grave car la guérison a pris tellement moins de temps que la dernière fois et c’était bien moins douloureux puisque je pouvais encore marcher !
Bien sûr, ça ne me dispense pas d’un examen médical… Je prie tous les jours pour ne pas revivre ça et j’ai besoin d’aide pour comprendre comment ça m’est arrivé et comment en empêcher le retour.

]]>
2019-09-11T02:48:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Le-retour Le retour ? J’ai terriblement envie de pleurer ! Pleurer de colère et de douleur. Je crois que ça recommence, je crois que cette merde recommence... Une douleur est apparue durant la semaine quand je m’essuyais après avoir été aux wc et l’une de mes petites lèvres s’est mise à enfler, la douleur s’amplifie depuis peu... Combien dois-je parier qu’il s’agit d’une autre infection au staphylocoque ? Putain j’ai tellement envie de pleurer... Je me croyais à l’abris de ces conneries car je fais bien attention à mon hygiène intime et parce que je n’ai aucun rapport sexuel, aucun J’ai terriblement envie de pleurer !

Pleurer de colère et de douleur. Je crois que ça recommence, je crois que cette merde recommence… Une douleur est apparue durant la semaine quand je m’essuyais après avoir été aux wc et l’une de mes petites lèvres s’est mise à enfler, la douleur s’amplifie depuis peu… Combien dois-je parier qu’il s’agit d’une autre infection au staphylocoque ? Putain j’ai tellement envie de pleurer...
Je me croyais à l’abris de ces conneries car je fais bien attention à mon hygiène intime et parce que je n’ai aucun rapport sexuel, aucun ! Comme par hasard cette douleur arrive en période de règles et durant cette période j’utilise une cup, c’est probablement de là que vient le problème, même avec mes mains lavées et mon intimité toilettée j’ai transféré un staphylocoque qui a trouvé le lieu agréable à vivre…

En conclusion lundi à la première heure je téléphone à ma doctoresse et la supplie (probablement en larmes) de me recevoir en urgence et lui fait voir ce que je ne voudrais montrer à personne… Je dois également me renseigner sur le coût des culottes menstruelles et serviettes hygiéniques réutilisables, je n’aurai malheureusement pas beaucoup profité des avantages de ma cup mais avec mes muscles qui travaillent TROP lorsque je l’insère ou que je porte un tampon c’était inévitable tôt ou tard et il n’est pas question que j’ai une infection tous les ans à cause de mes menstruations, je veux une bonne santé, si je n’ai pas ça, je n’ai RIEN !

Je ne toucherai pas à cette zone d’ici ma consultation et je croise surtout les doigts pour arriver encore à marcher, me laver, m’habiller… Je n’oublierai jamais l’enfer que ça a été la dernière fois, le contact avec le tissus de ma petite culotte était INSUPPORTABLE et des sortes de démangeaisons/picotements à la surface exacerbaient la difficulté de cette situation. J’ai peur également de devoir rester alitée à nouveau, peur que les résultats d’analyse soient différents (j’entends par-là : plus graves) et peur d’avoir mal à en crier si fort qu’on m’entendra dans la salle d’attente et toutes les autres pièces attenantes…

Ce que j’aimerais que le problème se résolve de lui-même ! Comme un simple bouton d’acné qui part en peu de temps, quelle économie de temps et d’énergie ! Mais bien sûr je n’y crois pas beaucoup, ça ressemble à ce qui m’est arrivé la dernière fois du côté droit et si j’avais encore attendu je n’ose pas imaginer mon état général aujourd’hui, l’attente ne me fera rien gagner… Je suis pressée que ce soit derrière moi et j’espère de toutes mes forces pouvoir ne jamais parler de troisième fois !

]]>
2019-09-07T02:00:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Special-day Special day C’est mon anniversaire aujourd’hui. Ces mots me font un drôle d’effet, comme s’il n’avait jamais été question de moi durant toutes ces années, durant toute ma vie, comme si je n’avais pas d’anniversaire chaque année, comme si je n’avais pas 23 ans aujourd’hui... 23 ans. 24. 25... Je suis encore jeune et pourtant il m’est déjà difficile d’assumer mon âge, je me rapproche toujours un peu plus de la mort, je perds toujours plus de temps. Je ne me sens pas comme une femme de 23 ans, je me sens comme une adolescente de 17 ans ! Où sont passées ces 6 dernières C’est mon anniversaire aujourd’hui.

Ces mots me font un drôle d’effet, comme s’il n’avait jamais été question de moi durant toutes ces années, durant toute ma vie, comme si je n’avais pas d’anniversaire chaque année, comme si je n’avais pas 23 ans aujourd’hui…

23 ans. 24. 25… Je suis encore jeune et pourtant il m’est déjà difficile d’assumer mon âge, je me rapproche toujours un peu plus de la mort, je perds toujours plus de temps. Je ne me sens pas comme une femme de 23 ans, je me sens comme une adolescente de 17 ans ! Où sont passées ces 6 dernières années ? Je ne veux pas les regretter lorsque j’aurais 70 ans, j’ai besoin de ces jeunes années qui filent à une vitesse affolante, je dois les vivre, j’ai besoin d’en profiter parce qu’elles ne reviendront pas, où est passée cette dernière année rongée par la dépression ? Elle ne reviendra pas en dépit de mon souhait de faire marche arrière pour la recommencer maintenant que je vais mieux...

Et j’ai peur, je suis terrorisée à l’idée que tout ce temps me file entre les doigts jusqu’au jour où il sera trop tard…

_____________________________

Je n’ai pas eu le moindre cadeau cette année et j’ai cru que j’en serais contente mais...

Il y a plusieurs mois j’ai fait en sorte de cacher ma date de naissance sur les réseaux sociaux pour que mes amis ne m’organisent pas une mauvaise soirée surprise et ne gaspillent pas leur argent dans des choses dont je ne saurais quoi faire tant elles sont inutiles.
Ils auront été bien plus nombreux à s’en souvenir que je ne l’aurais cru par rapport aux années précédentes, en revanche j’ai lancé sur Facebook une collecte de fonds pour une association vouée à prendre soin de la forêt amazonienne et sa population étant donné que la nouvelle de son énorme incendie m’a rendue malade et j’ai été TRÈS DÉÇUE de ne pas voir le zéro se transformer, se rapprocher de l’objectif plafonné à 200 misérables euros… J’ai insisté en publiant un statut pour rappeler aux gens qu’il s’agit tout de même de l’air qu’ils respirent, de l’air que respirent LEURS ENFANTS, c’est vital mais seul un ami actuellement au chômage et handicapé suite à un grave accident de travail et tout jeune père d’une toute petite fille qui commence à marcher, a fait un don en dépit de ses propres problèmes financiers, ça me révolte ! J’ai suffisamment d’amis aisés pour atteindre la somme prévue en un dixième de seconde mais aucun ne s’en souci ! Même pas 5€ ! Je ne demande pas beaucoup, je ne veux dépouiller personne, mais je tiens à faire un geste pour nous...

Durant les semaines qui approchaient ce jour je ne m’attendais pas à recevoir de cadeau de la part de Monsieur, premièrement parce que je répète toute l’année que je n’en veux pas, tant pour ne pas être déçue que pour lui faire garder son fric mais aussi parce que je m’attendais à ce qu’il n’ait aucune idée de ce que j’aime, ce dont j’ai besoin et ce dont j’ai envie. J’ai bien pris soin également de ne pas exprimer le moindre enthousiasme pour quoi que ce soit aperçu dans les magasins ou des publicités, c’était un piège dans lequel il est facilement tombé et je ne le regrette pas puisqu’à l’heure actuelle j’ai le sentiment de pouvoir me passer de ces choses.
Et pourtant… Et pourtant il semblait vraiment tenir à m’offrir quelque chose ! Une toute petite part de moi a voulu y croire mais dans le fond je savais très bien qu’il n’allait rien m’offrir, j’étais préparée. Alors comment j’explique ma déception ? ! Il s’en vantait presque alors qu’il n’est pas précédé d’une réputation de Père Noël si je puis dire…

J’ai eu le sentiment de ne pas avoir le droit de refuser qu’on m’offre quelque chose alors tant qu’à faire, je lui ai soumis des suggestions de choses dont j’ai vraiment besoin par exemple (des petites culottes… Ouais sérieusement...) ou dont j’ai vraiment envie (un bébé carlin, Pepper si c’est un mâle ou Ginger si c’est une femelle), il m’a même clairement demandé ce que je voulais la veille, il m’a fait part de ses idées de cadeau mais il n’en a retenu aucune ! Avait-il vraiment envie de m’offrir quelque chose pour l’occasion ? Puis il y a eu cette phrase à un moment qui m’a fait tiquer mais que je n’entend pas pour la première fois… "J’ai rien trouvé qui me plaisait". L’objectif n’est pas que JE sois séduite par ce que je reçois ? S’il fait des cadeaux c’est pour se faire plaisir à lui avant tout ?
C’est finalement à la dernière minute qu’il a envisagé de m’emmener dîner quelque part en tête à tête et de m’offrir des fleurs sans se demander si les fleuristes n’avaient pas déjà fermé alors que nos amis avaient prévu de passer leur vendredi soir dans un diner américain pour lequel nous leur avions confirmé notre présence même si je n’étais pas franchement emballée de base, j’avais honnêtement plus envie de sushis que d’hamburgers...
À table, je mourrais d’envie de pleurer et je faisais la tête comme une enfant, je ne voulais même pas croiser le regard de Monsieur mais à la fois je me culpabilisais en pensant que je ne suis qu’une pauvre princesse pourrie gâtée. Dans tous les cas, cet anniversaire m’aura convaincue que le 6 septembre est bel et bien un jour comme les autres.

Lui. Lui n’a pas oublié cette fois. C’était un petit rayon de soleil dans ma journée lorsqu’il m’a envoyé un message, un rayon de soleil malheureusement vite assombri par le fait qu’il ait eu l’air de ressentir de la pitié pour moi lorsque je lui ai dit que nous ne l’avons pas fêté et qu’on ne m’avait rien offert, ça m’a fait mal qu’il souligne le fait que je ne semble pas autant compter pour mes proches…

]]>
2019-09-06T15:17:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Test-de-paternite Test de paternité https://www.testdepaternite.fr/test/test-de-paternite/ LUI : Pourquoi avoir été me reconnaître à la mairie comme étant sa fille s’il n’en était pas sûr ? ELLE : Pourquoi avoir menacé de déposer plainte contre lui si jamais il faisait un test de paternité tout en affirmant que je ne suis pas la fille d’un autre et menti sur le coût du test ? Pourquoi faire un enfant à une femme juste pour lui faire plaisir et ne pas l’assumer ? Pourquoi tant de mystère autour de mes origines s’il n’y a vraiment rien à cacher ? Les mots qu’IL a prononcés pour m’exprimer ses https://www.testdepaternite.fr/test/test-de-paternite/

LUI : Pourquoi avoir été me reconnaître à la mairie comme étant sa fille s’il n’en était pas sûr ?

ELLE : Pourquoi avoir menacé de déposer plainte contre lui si jamais il faisait un test de paternité tout en affirmant que je ne suis pas la fille d’un autre et menti sur le coût du test ?

Pourquoi faire un enfant à une femme juste pour lui faire plaisir et ne pas l’assumer ?
Pourquoi tant de mystère autour de mes origines s’il n’y a vraiment rien à cacher ?

Les mots qu’IL a prononcés pour m’exprimer ses doutes sur nos liens me suivront toute ma vie...
Je vais prendre rendez-vous avec une psychologue qu’on m’a conseillée près de mon domicile et je partagerais mes propres doutes avec elle. Je crois dans tous les cas qu’il serait très probablement préférable de ne pas faire ce test, je ne suis pas sûre de vouloir être au courant s’il venait à se révéler négatif, j’ai besoin d’avancer, pas de remuer le passé…

]]>
2019-07-24T15:08:34+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Cocofr Coco.fr « Rêves pas trop de moi ». Mais pour qui se prend-il ?! « Rêves pas trop de moi ».

Mais pour qui se prend-il ? !

]]>
2019-07-05T02:52:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Hey-message-us-to-become-a-brand-rep « Hey!!! message us to become a brand rep » J’ai peur, j’ai vraiment très peur. Je crains la rechute. Actuellement je ne suis toujours pas sortie de ma dépression et depuis plusieurs semaines je ne prends plus le moindre traitement car je ne suis pas retournée voir le psychiatre vers lequel on m’avait orientée il y a des mois et je n’ai plus d’ordonnance valide. Je suis en plein bras de fer mental avec ma maladie, j’essaie de tenir sans comprimé et ça marche plus ou moins... Pour combien de temps avant de que je ne me re-trouve à la frontière de la tentative de suicide ? J’en ai plus qu’assez d’osciller comme J’ai peur, j’ai vraiment très peur. Je crains la rechute.

Actuellement je ne suis toujours pas sortie de ma dépression et depuis plusieurs semaines je ne prends plus le moindre traitement car je ne suis pas retournée voir le psychiatre vers lequel on m’avait orientée il y a des mois et je n’ai plus d’ordonnance valide. Je suis en plein bras de fer mental avec ma maladie, j’essaie de tenir sans comprimé et ça marche plus ou moins… Pour combien de temps avant de que je ne me re-trouve à la frontière de la tentative de suicide ?
J’en ai plus qu’assez d’osciller comme ça, soit je m’en sors, j’avance, je me lance dans mes projets et je défonce tout sur mon passage (dans le bon sens du terme), soit je prends « la porte de sortie » définitive, plus aucune souffrance, plus aucune larme, plus aucune pensée, le néant, la paix éternelle…

Je me suis lancée sur Instagram.

Dire, écrire, lire, penser cette phrase… Ça fait un drôle d’effet !

J’ai posté peu de contenu, j’ai peu d’abonnés, de commentaires, de « likes » et on me propose déjà de devenir une représentante de marque. Je me suis sentie flattée je l’admet ! Pourtant je ne mesure pas mon amour propre aux nombres qui s’affichent sur mon écran, j’ai même un compteur de visites mais ça ne me fait ni chaud ni froid, je n’ai jamais eu pour ambition d’être une « Influenceuse » sur les réseaux sociaux, je ne suis pas attirée par la célébrité, au contraire je la crains… Si j’attire l’attention avec ce que je publie je serai contente tout de même car je sais que ce ne sera pas pour moi que l’on s’abonne mais pour le féminisme que je partage, on ne peut voir mon visage uniquement sur ma photo de profil et encore, je suis masquée par des filtres superposés, et coupée en deux pour faire entrer une autre image dans le cadre : un fond bleu, symbole de soutien aux victimes du Soudan...
Les abonnés tombent au compte-goutte, j’en ai moins de deux-cents pour le moment et j’en suis satisfaite, je n’ai pas à modérer les commentaires, à y répondre, à débattre avec des abrutis, je ne me fais pas harceler de messages… Et je n’ai pas d’image de personnalité publique à gérer, c’est ce qui me plait le plus, je n’ai pas la contrainte de dépenser de l’énergie que je n’ai pas, on ne fait pas de scandale avec mon nom, je n’ai pas de nom, tout simplement. Je crains pourtant que cela ne change un jour, si ça devait arriver je pense que je clôturerai mon profil, il n’est pas question que l’on m’enchaîne dans ce système.
Et c’est probablement aussi pour ça que je n’ai fourni que pour seule réponse « I’ll think of it, thanks !  » lorsque l’on m’a proposée de représenter une marque, je n’ai pas pour ambition d’inciter à consommer, ça va à l’encontre de mes valeurs écologiques et si je devais inciter les gens à dépenser leur argent -si tant est que j’ai de l’influence sur eux, moi la petite anonyme derrière son écran- ce serait pour faire des dons à des associations altruistes et bienveillantes, oui nous sommes en 2019 mais il y a toujours au travers du monde entier des enfants qui meurent de faim, des enfants qui travaillent, des enfants maltraités par leurs parents, des petites filles qui ne vont pas à l’école et qui sont mariées de force, des femmes qui se font violer, mutiler, tuer… J’estime qu’il devrait y avoir d’autres priorités dans la vie, si je devais influencer des gens je le ferai dans cette optique plutôt que de les inciter à acheter des vêtements mais si jamais les bénéfices étaient profitables à des personnes ou des animaux dans le besoin et/ou à l’environnement, je me laisserai alors peut-être tenter…

En attendant je ne poste sur Instagram que pour dénoncer des paroles et attitudes que j’estime inadmissibles, blessantes, sexistes, racistes, misogynes… Et j’espère surtout faire changer de point de vue toutes les personnes assez peu renseignée sur le sujet qui croient qu’il s’agit d’un mouvement castrateur et matriarcal, comme de nombreuses et nombreux féministes, j’en ai assez de perdre de mon précieux temps à devoir me justifier et expliquer que nous voulons l’égalité, par la guerre des sexes plutôt que de faire avancer la cause pour que nous puissions jouir de nos droits humains.

]]>
2019-06-26T13:19:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/3p4s-Messages Messages Merci pour tous vos messages, excusez-moi de ne pas vous répondre, ce n’est pas l’envie qui me manque pourtant... Merci pour tous vos messages, excusez-moi de ne pas vous répondre, ce n’est pas l’envie qui me manque pourtant…

]]>
2019-06-21T11:28:20+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Rechutes-apres-rechutes Rechutes après rechutes Je veux disparaître. Je veux disparaître.

]]>
2019-06-16T19:12:39+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Garbage Garbage. I feel like garbage. Dépression plus syndrome prémenstruel, puis dépression plus menstruations. C’est très difficile à vivre mais si seulement il n’y avait que ça... Mon beau-frère a emménagé chez sa nouvelle copine avec qui il est depuis quelques mois et ça plaît beaucoup à mes beaux-parents qui sont donc bien plus que pressés de voir Monsieur quitter le nid familial également au point de lui faire vivre un enfer et le pousser à partir, ou le jeter dehors s’il ne se décide pas. Notre couple est dans une situation qui ne nous permet pas de prendre un logement chacun et I feel like garbage.

Dépression plus syndrome prémenstruel, puis dépression plus menstruations.
C’est très difficile à vivre mais si seulement il n’y avait que ça… Mon beau-frère a emménagé chez sa nouvelle copine avec qui il est depuis quelques mois et ça plaît beaucoup à mes beaux-parents qui sont donc bien plus que pressés de voir Monsieur quitter le nid familial également au point de lui faire vivre un enfer et le pousser à partir, ou le jeter dehors s’il ne se décide pas.
Notre couple est dans une situation qui ne nous permet pas de prendre un logement chacun et je me retrouve contrainte de l’accueil dans mon taudis de 23m2 avec tout son bordel, jours et nuits, sans interruption ni durée déterminée.

J’ai le sentiment d’être mariée à lui de force pour rendre à ses parents leur liberté, on m’enlève à moi pour leur donner à eux et mon avis n’a pas été sollicité une seule fois. Je croyais avoir quelques mois de marge avant qu’il ne vienne polluer ma bulle mais dans le fond, avec tout ce que j’ai vécu, je m’en doutais, je l’ai senti arriver ce merdier…

]]>
2019-06-15T19:20:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/05-05-19 05/05/19 J’ai rangé les courses que nous avons faites dans l’espoir qu’il prenne l’initiative de faire la vaisselle, qu’il s’implique dans le partage des tâches mais finalement je m’en suis occupée aussi, et ayant un double évier c’est une double quantité de vaisselle que j’ai faite, et comme d’habitude il est venu se coller à mes fesses, ses mains se baladant sur mon corps, en m’embrassant dans le cou, puis m’a dit d’une voix idiote qui se voulait plus grave : "La vaisselle est finie femme ?!" puis s’est mit à rire en voyant mon expression exaspérée puis s’est J’ai rangé les courses que nous avons faites dans l’espoir qu’il prenne l’initiative de faire la vaisselle, qu’il s’implique dans le partage des tâches mais finalement je m’en suis occupée aussi, et ayant un double évier c’est une double quantité de vaisselle que j’ai faite, et comme d’habitude il est venu se coller à mes fesses, ses mains se baladant sur mon corps, en m’embrassant dans le cou, puis m’a dit d’une voix idiote qui se voulait plus grave : "La vaisselle est finie femme ?!" puis s’est mit à rire en voyant mon expression exaspérée puis s’est cru excusé en prétextant ne pas le penser mais je lui ai dit et le répéterai toujours, quitte à faire de l’humour autant le faire intelligemment et que ce soit vraiment drôle...
Pire encore, il m’a dit que la première chose à laquelle il a pensé en me voyant devant l’évier était qu’il trouve que j’ai de belles courbes et que je suis très sexy. Être belle et sexy est vraiment le dernier de mes problèmes ! Vexé, Monsieur m’a lancé que je devrais quand même apprécier un compliment.

"Tu sais ce que j’apprécie aussi ? Que tu m’aides à faire la vaisselle dans laquelle tu vas manger le repas que je vais devoir préparer seule pour nous deux ensuite !"

Ces paroles me brûlaient la gorge mais je n’ai pas osé les laisser sortir…

]]>
2019-05-05T00:51:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/24-04-19 24/04/19 J'ai envie de me taper la tête contre les murs ce soir. J’ai envie de me taper la tête contre les murs ce soir.

]]>
2019-04-24T01:16:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Reves-et-cauchemars Rêves et cauchemars J’ai passé la moitié de la semaine, aujourd’hui compris, à dormir en journée et ces dernières semaines je fais des rêves qui me paraissent terriblement réels, en particulier celui que j’ai fait aujourd’hui... J’ai senti que l’on me touchait entre les cuisses. Une petite part de moi avait conscience de rêver, seule, en sécurité, et l’autre, paralysée, croyait revivre ce cauchemar. J’ai bien failli en pleurer. J’ai hésité un instant à en parler à Monsieur puis ai décidé de m’en abstenir de peur qu’il n’utilise ça comme "preuve" de son innocence dans J’ai passé la moitié de la semaine, aujourd’hui compris, à dormir en journée et ces dernières semaines je fais des rêves qui me paraissent terriblement réels, en particulier celui que j’ai fait aujourd’hui…

J’ai senti que l’on me touchait entre les cuisses.

Une petite part de moi avait conscience de rêver, seule, en sécurité, et l’autre, paralysée, croyait revivre ce cauchemar.
J’ai bien failli en pleurer.
J’ai hésité un instant à en parler à Monsieur puis ai décidé de m’en abstenir de peur qu’il n’utilise ça comme "preuve" de son innocence dans ce qu’il m’a fait lorsque je ne dormais pas aussi profondément.

]]>
2019-04-08T01:46:00+02:00
https://potatobanana.journalintime.com/Jarrive-pas-a-dormir J’arrive pas à dormir J’aimerais déjà pouvoir dire qu’une fois que tout sera terminé qu’il n’était question que de volonté, qu’avec de la volonté on peut tout faire mais il ne s’agit pas que de volonté, mes médicaments sont les fils qui me maintiennent debout, Si j’en saute un, si j’en saute deux, Tout s’effondre, le monde s’effondre, je m’effondre. J’aimerais déjà pouvoir dire qu’une fois que tout sera terminé qu’il n’était question que de volonté, qu’avec de la volonté on peut tout faire mais il ne s’agit pas que de volonté, mes médicaments sont les fils qui me maintiennent debout, Si j’en saute un, si j’en saute deux, Tout s’effondre, le monde s’effondre, je m’effondre.

]]>
2019-03-23T03:54:00+01:00
https://potatobanana.journalintime.com/Le-cercle-vicieux Le cercle vicieux Ça ne va pas. Ça va pas du tout. J’ai le sentiment de passer par des étapes dans cette dépression de merde, la nouvelle c’est l’insomnie, je sens que je vais prendre rdv chez ma généraliste et la supplier de me donner de bons somnifères pour dormir la nuit. Je deviens dingue, mes idées noires sont de retour, je retombe dans la dépersonnalisation, je tourne en rond chez moi comme un lion en cage, je me sens emprisonnée dans mon corps, dans ma tête, dans cette maladie, dans ma vie... Ça ne va pas.

Ça va pas du tout. J’ai le sentiment de passer par des étapes dans cette dépression de merde, la nouvelle c’est l’insomnie, je sens que je vais prendre rdv chez ma généraliste et la supplier de me donner de bons somnifères pour dormir la nuit.

Je deviens dingue, mes idées noires sont de retour, je retombe dans la dépersonnalisation, je tourne en rond chez moi comme un lion en cage, je me sens emprisonnée dans mon corps, dans ma tête, dans cette maladie, dans ma vie…

]]>
2019-03-18T23:45:18+01:00