Fall

C’est bête et triste tout ça…

On a été invités à une soirée pour fêter l’anniversaire d’une des collègues de Monsieur. Je la surnommerais Carlette, encore un étrange pseudonyme qui n’a rien à voir avec son prénom ni même son nom de famille et que je ne sais même pas d’où je sors…

Bref. Carlette a créé un groupe sur Snapchat dans lequel elle m’a ajoutée pour tous nous inviter à son anniversaire chez son mec. J’ai tout de suite pensé que je voulais y aller même si son mec est un Ducon dans son genre et que ses amis sont des beaufs inintéressants, elle ne fréquente pas forcément de très bonnes personnes et est un peu bébête mais elle est gentille, c’était pour la voir que je voulais venir et aussi parce que je veux sortir, après des années de dépression j’en ai ma claque de rester à la maison pendant que les autres s’amusent !
Pourtant Carlette a aussi invitée Miscan, et Miscan a décidé qu’elle venait aussi à cette soirée alors qu’on prend bien soin l’une comme l’autre de ne pas se croiser depuis le message que je lui ai adressé après avoir fouillé le portable de Monsieur… Ce dernier a donc essayé de me dissuader de venir ce soir mais j’ai tenu bon, dans le fond j’en avais vraiment envie et plus il insistait et plus je commençais à croire qu’il essayait de choisir à ma place, qu’il faisait passer Miscan avant moi, sa collègue de travail avant sa petite-amie, puisque madame avait déjà décidé de se pointer là-bas je ne devais pas y être pour ne pas la gêner. C’est comme ça que je l’ai pris et ça m’a blessée...
Tant pis pour toi Miscan ! Ce n’est pas parce que nous sommes toutes deux invitées aux mêmes soirées que je vais m’effacer pour autant ! Je tiens à garder ma place et je la revendique ! Si tu ne veux pas me voir ne viens pas, en ce qui me concerne je ne vais pas vivre ma vie en fonction de toi et encore moins te laisser prendre toujours plus de place dedans !
Monsieur lui parlait en même temps qu’il essayait de me convaincre de l’attendre à la maison et m’a informée qu’elle voulait faire du covoiturage avec lui pour se rendre ensemble à la fête, madame avait apparemment la flemme de faire la route toute seule, j’ai immédiatement répondu qu’elle devait se démerder, il est évident que j’allais m’y opposer ! Changer mes plans et rester à la maison toute seule à tourner en rond parce que finalement ils veulent être ensemble ? Et puis quoi encore ? Je n’ai pas le devoir de disposer !

Dès notre arrivée Monsieur a couru la voir en m’ignorant quand je lui ai demandé de ralentir le pas pour m’attendre, j’étais en talons et le jardin en pente montante, j’avais beau essayer de prendre de plus grandes enjambées et marcher plus vite je n’ai pas su le rattraper avec mes chaussures de princesse… C’est elle que j’ai aperçue en premier en arrivant et la tête qu’elle a faite en me voyant ne m’a pas échappée, elle n’était pas plus heureuse que moi que nous nous voyions, j’en ris en l’écrivant mais sur l’instant j’avais tout sauf envie de sourire...
Puis nous nous sommes retrouvés à côté tous les trois. Monsieur s’est tout de suite installé auprès d’elle et moi à côté de lui, dépitée… Il s’est comporté avec elle comme je le redoutais, il la regardait constamment, ne parlait quasiment qu’avec elle et m’a royalement ignorée… J’ai tenté de lui caresser le bras. Aucune réaction. J’ai tenté de lui caresser le genoux. Aucune réaction. J’ai tenté de prendre sa main. Résistance. J’ai essayé d’obtenir qu’il m’embrasse au bout de 2 heures et durant 5 bonnes minutes il m’ignorait puis finalement face à mon insistance il m’a tendue la joue en gardant les yeux rivés sur sa collègue blonde. Je n’ai eu quelques mots, à peine, que parce que j’ai osé lui caresser l’entrejambe devant tout le monde pour le provoquer dans l’espoir qu’il me tienne la main et m’adresse enfin un regard…
Au bout d’un certain temps à insister j’ai fini par réussir à entrelacer mes doigts avec les siens mais il gardait la main ouverte, molle, je serrais, il ne réagissait pas… Triste n’est-ce pas ?

Puisque Carlette faisait des allers et retours entre la maison et le jardin j’ai saisi l’occasion pour la rejoindre et faire mine de l’aider à transporter des plateaux et boissons et prétexter une envie de verre d’eau et me suis retrouvée à me confier à demi-mots sur la tension entre sa collègue et moi, Lilly ne me répondait déjà plus et la batterie de mon portable avait fini par m’abandonner aussi, j’avais terriblement besoin de me confier et encore plus dans cette situation étouffante ! Il fallait que je m’éloigne pour faire redescendre la pression qui montait en moi à cause du comportement de mon mec.
À un moment Miscan est même entrée dans la maison pour aller aux toilettes alors que quelques minutes plus tôt je tentais d’expliquer à Carlette que durant des mois le doute s’est installé et que j’avais fini par trouver des messages qui ne m’ont pas plu, elle nous a prévenues de son arrivée, surtout moi, et s’est dépêchée de se laver les mains pour repartir, raide et à toute vitesse, dans le jardin. J’ai décidé de ne pas interrompre ma conversation pour autant et j’avouais à Carlette que je me sens mieux dans ma tête, j’ai envie de profiter lorsque je suis présente aux soirées où l’on m’invite et ai admis faire des efforts pour arranger les choses dans mon couple où la communication est difficile en ce moment, je suis certaine qu’elle a tout entendu et je crois que ça ne lui a pas plus même si je ne parlais pas vraiment d’elle lorsqu’elle était à côté, Monsieur m’a dit en partant qu’elle avait commencé à se renfermer sur elle-même et faire la gueule, je ne l’avais pas remarqué puisque je faisais attention de ne pas la regarder tant qu’elle était à moins d’un mètre de moi et elle refusait même d’aller aux toilettes parce que je me trouvais dans la maison…
Puis finalement vers minuit elle s’est soudainement levée et a annoncé qu’elle rentrait chez elle, elle commençait à dire au revoir à quelques personnes et j’ai décidé que je ne voulais surtout pas la laisser aller voir Monsieur seule 5 minutes à l’intérieur loin de nous tous pour lui dire au revoir à lui aussi alors qu’il était aux toilettes dans la maison donc je me suis levée et j’ai foncé. À peine deux minutes plus tard je l’ai vue du coin de l’œil filer vers sa voiture en nous souhaitant une bonne soirée et je n’ai pas répondu, Monsieur ne l’avait pas entendue et s’est plaint qu’elle ne lui ai pas dit au revoir lorsque je suis retournée avec lui dans le jardin auprès des autres convives. J’avais réussi mon coup mais je me mordais quand même la langue en pensant qu’ils allaient donc se parler sur Snapchat s’ils ne pouvaient pas le faire en face à face et je ne saurais rien de ce qui se dirait… C’était un peu une victoire au goût amer… Évidemment il a sorti son portable et lui a écrit plusieurs minutes comme je l’avais prévu après coup mais j’ai eu le sentiment de partir triomphante quand il m’a déclaré qu’elle allait faire la gueule et qu’elle semblait vexée pour on ne sait quelle raison… J’ai souris quand je l’ai entendu dire en entrant dans la voiture que soit-disant ma présence ne lui pose pas de problème mais que pourtant elle fasse la gueule et qu’elle quitte la soirée en prenant ses jambes à son cou, j’ai eu le sentiment d’avoir presque gagné.

J’ai écrit quelque part en brouillon dès le début de la soirée :

« Tu fais autant attention à moi que ce crétin de Greno fait attention à Carlette je trouve… Et je t’ai pas mis mes seins sous le nez pour que tu cours voir Miscan quand on est arrivés et que je doive insister lourdement pour que tu m’embrasses deux heures après que la soirée ait commencée… C’est drôle que tu me dises que ça t’agace de me voir beaucoup parler à Lilly et que tu puisses pas lire ce qu’on se dit quand de ton côté tu parles sans arrêt avec Miscan tous les soirs en rentrant du travail alors que tu l’as vue toute la journée et qu’au passage elle continue son petit jeu avec les emojis 😘 alors que je croyais avoir été claire… Et aussi j’ai mal pris que tu essaies de me convaincre de surtout pas venir à la soirée même si j’ai été invitée parce que y a Miscan, j’ai vraiment eu l’impression que tu la faisais passer avant moi, c’est peut-être pas comme ça que tu prévoyais les choses mais c’est comme ça que moi je l’ai ressenti et si jamais l’une de nous deux doit passer avant l’autre ça doit être moi en priorité ! C’est moi ta copine et je fais pas des efforts pour passer après une nana qui s’est toujours foutue de ma gueule et qui continue après que j’ai pété les plombs deux fois suite à ses conneries ! Elle a peut-être fait une dépression, elle a peut-être besoin d’être entourée, d’avoir de l’attention et de sentir qu’elle plaît encore mais spoiler alerte moi aussi et ça devrait compter plus qu’elle ! ».

Ce sont les paroles que j’ai eu envie de lui dire mais que je retiens parce que je crains une dispute entre nous, je la crains plus que jamais et j’avais prévu qu’on passe une bonne soirée, qu’on partage même un moment d’intimité en rentrant à la maison alors j’ai tout intérêt à garder ça pour moi, je connais son tempérament, il lui en faut peu pour monter dans les tours… Je ne lui dirais pas.

Enfin à la maison j’ai eu l’impression qu’il attendait que je recommence à le chauffer, en fait il me l’a demandé et je n’ai rien fait, je n’ai pas envie de le servir alors qu’il m’a ignorée sans s’en cacher pour donner toute son attention à cette pétasse de Miscan et qu’il n’essaie pas de me donner envie de plus à moi aussi, j’aurais le sentiment de récompenser son attitude merdique de ce soir en fait… Au final moi aussi je fais la gueule et j’ai pas envie d’aller dans la chambre dormir à ses côtés, sinon mis à part ça, j’ai pas passé une aussi mauvaise soirée que ce qu’il m’avait prédit et je ne me suis pas languis de rentrer plus tôt que prévu même si ce n’était pas non plus une soirée aussi bonne que je l’aurais voulu.

C’est bête parce que cet après-midi il a même acheté une boîte neuve de capotes et des sextoys à essayer ensemble…