Fall

Bad day

Ok. La journée commence mal. Hier on s’est "disputés" avec Monsieur et j’ai gardé cette rancune en moi au coucher donc je me réveille avec, je suis de mauvaise humeur, j’ai aussi commenté des images de campagne de pub pour la marque Zara sur un compte féministe sur Instagram et j’ai fait l’erreur de ne pas me relire alors des personnes ont pointé du doigt mes paroles méchantes et influencées par des années d’étroitesse d’esprit de mon entourage.

"Ah bah ouais si on la met à côté d’un squelette couvert de peau elle a l’air d’être un mannequin « grande taille » !"

Elles ont raison, quand on se dit féministe on ne parle pas comme ça des femmes minces ! Mon intention n’était pourtant pas de dénigrer qui que ce soit, seulement de constater avec mépris à quel point les grandes marques nous prennent pour des imbéciles et refusent d’habiller une certaine catégorie de femmes.
Je suis donc de mauvaise humeur à cause de ça, j’ai honte d’avoir tenu ces propos qui ne sont pas du tout en accord avec mes idées féministes et mon désir d’être toujours plus ouverte d’esprit, je suis mal à l’aise d’avoir été reprise comme ça, je me suis sentie méprisée mais d’un sens je suis quand même contente que ce soit arrivé, je suis contente qu’on m’ait fait prendre conscience de ma faute, je peux travailler dessus et faire en sorte de ne pas la reproduire, il y a un point positif dans cette histoire !
Les mauvaises habitudes ont le cuir dur malheureusement… Puis c’est ça aussi le féminisme ! Déconstruire toutes ces conneries sur l’image du corps des femmes, nos regards sur elles...
Je suis aussi de mauvaise humeur à l’idée d’avoir peu et mal dormi, de me réveiller en pensant à toutes les corvées qui m’attendent et surtout de commencer la journée par du ménage, de la continuer et terminer par du ménage.
Monsieur ne cuisine pas et c’est un vrai problème. Il ne fait pas l’effort, il ne veut pas le faire et à côté de ça il rêve que nous déménagions dans une maison plutôt que d’être à l’étroit dans mon 25m2 plein de moisissure. On en a discuté tant de fois mais ça ne rentre pas dans sa tête, je ne veux pas vivre avec un homme qui fume (l’appart empestait la clope hier) et qui ne cuisine pas, je pense avoir le droit de vouloir être autre chose qu’une femme à la cuisine et une fumeuse passive...
Je suis las de toutes ces discussions stériles et ces disputes que nous avons eues, j’ai souvent entendu que le dialogue désamorçait les situations compliquées dans un couple mais j’ai quand même l’impression que ça ne s’applique pas à tout le monde, je me sens désespérée, je ne sais plus comment m’y prendre, par moments j’ai même envie de baisser les bras. Il doit penser que me donner un coup de main lorsque je prépare les repas me fera croire qu’il fournit les efforts que j’attends, dont nous avons tous les deux besoins mais je ne suis pas dupe ! Il choisit de nettoyer tout l’appartement pour que cette part des responsabilités ménagères me reviennent à moi systématiquement, c’est très frustrant et ça m’attriste aussi beaucoup, il se donne bonne conscience en me demandant si j’ai besoin d’aide puis retourne à ses jeux vidéos en attendant que ce soit prêt… Tout ce que j’ai trouvé comme solution c’est d’inverser les rôles, ne pas laisser le moindre linge à laver, sécher, ranger, idem pour la vaisselle et pas un seul grain de poussière ne doit traîner, finit les prétextes pour ne pas se conduire en adulte et en homme moderne ! Il devra aussi dresser de VRAIES listes de courses pour faire de vrais repas, j’en ai plus qu’assez des :

_Bières
_Bretzels
_Chips
_Chokobons et autres
_Café
_Sucre
_Gel douche pour hommes
_Dentifrice
_Cire pour les cheveux
_Déodorant
_Conserves

En me relisant j’ai l’impression d’avoir sous les yeux la liste de courses d’un homme célibataire qui a tout sauf envie de vivre en couple dans une maison avec jardin… Ai-je d’autre choix que de devoir lui couper l’herbe sous le pied et passer en mode passive-agressive ? J’ai envie d’abandonner, vraiment, et pourtant me voilà à tenter encore et encore… Il est même sensible au point que je doive lui dire les choses en passant par des post-its semés dans l’appart pour qu’il ne soit pas irrité par le ton de ma voix lorsque je lui explique que ça me rend dingue de vivre comme ça…