Fall

14 Juillet

Il m’a pas calculée de la journée. On a été se baigner au bord d’une rivière et il a trouvé le moyen de passer du temps collé à son portable à répondre à je ne sais qui plutôt que de passer ce moment en famille. À un moment ce soir il est venu derrière moi alors que j’étais assise à table et il s’est collé à moi en penchant sa tête sur mon épaule, j’étais contente, ENFIN il me témoignait un peu d’attention et même de la tendresse, j’ai volontiers accueilli ce câlin avec naïveté et puis lorsqu’on s’est apprêtés à tous partir voir le feu d’artifice je tourne la tête pour attraper mon portable que j’avais laissé traîner à portée de main pour me rendre compte qu’il avait disparu… Je me suis sentie tellement conne d’un coup de constater qu’en fait ce câlin n’était qu’une diversion pour me prendre mon iPhone qu’il m’a rendue comme si de rien n’était une fois arrivés au lieu du feu, allumé sur le clavier de déverrouillage du mot de passe et je n’arrivais plus à le verrouiller avec le bouton. Qu’est-ce qu’il a foutu ? Durant tout le feu il m’a ignorée aussi et dès le commencement il s’est éloigné sans prévenir et sans se retourner. De retour chez ses parents pour le dessert il s’amusait à m’appeler « Jacqueline ».

« Hé pourquoi tu fais la gueule Jacqueline ? ».

« Hé Jacqueline ! ».

« Je te cause Jacqueline ! ».
(On se demande hein ? /s).

J’essaie de me convaincre que j’ai bien fait de ne pas répondre, je n’ose imaginer la suite des événements si je ne m’étais pas retenue de lui cracher devant tout le monde les mots que je gardais au fond de la gorge et qui me brûlaient les lèvres…

« Ah donc Miscan c’est « chaton » et moi c’est « Jacqueline » ou « la gitane »  ? Intéressant. C’est à se demander avec qui t’es vraiment en couple ! ».

Il y avait son père à ma gauche, sa mère face à moi, sa sœur juste à côté d’elle et notre beau-frère à côté de lui, tous assez proches pour que même si je le lui chuchotais ils m’entendent et se regardent les uns les autres dans le blanc des yeux. Je suppose, en tous cas personne ne l’aurait vu venir et Monsieur lui n’aurait sûrement pas laissé passer ça, il me l’aurait fait payer plutôt que de me prouver que je me trompe sur la différence de traitement entre sa collègue –par qui ne me sentais pas menacée à la base mais il a fait en sorte que ça change– et moi, la fille avec qui il est en couple depuis presque 6 ans et à côté de qui il se couche tous les soirs… (En envoyant des messages à Miscan et en omettant de m’embrasser ou même de me souhaiter une bonne nuit !).

Il a osé me demander « C’est tout ? » après que je lui ai répondu par la réciproque quand il m’a souhaité bonne nuit cette fois et que je ne me suis pas retournée pour le toucher ni le regarder, il se fout vraiment de moi ! J’ai été invisible toute la sainte journée, quand il m’adressait la parole c’était pour me prendre pour une conne et c’est lui qui s’est installé dans le salon à faire je ne sais quoi au lieu de me rejoindre au lit maintenant qu’on est rentrés, il s’attendait quand même pas à ce que je lui saute dans les bras ou pire, que je le suce ! ?

Je me suis retenue de m’énerver parce que je ne voulais pas gâcher cette journée et parce que je ne peux pas me permettre de laver mon linge sale en publique et de pleurer parce que je n’aurais pas pu expliquer ce qui me met dans cet état, maintenant je sens que je vais galérer à m’endormir et j’ai la gorge nouée.
Il m’avait récemment reprochée d’utiliser le sexe comme une récompense pour obtenir ce que je veux, qu’est-ce que je ris jaune ! Dans ce cas on est deux ! Je dois lui agiter mon cul ou ma grosse paire de seins sous le nez si je veux qu’il me regarde, me parle, me touche, qu’il lève le nez de son écran deux minutes en fait ! C’est qui qui utilise le sexe pour obtenir ce qu’il veut ? Parce qu’une fois l’affaire finie j’ai pas plus d’affection qu’avant en fait…