Fall

#MeToo...

C’est encore arrivé.

Encore arrivé parce que c’est arrivé il y a un certain temps déjà, une fois, mais qui sait s’il n’a pas reproduit son geste... ?

Alors voilà… Dimanche je faisais une sieste dans mon lit, je portais un pyjama short et j’avais même essayé les deux paires de collants "sexy" qu’il m’avait achetés la veille, je me suis endormie avec l’une d’elles. Lorsque je met mes jambes en valeur avec ce type d’accessoire ça lui fait beaucoup d’effet semble-t-il.

La première fois dont je me souviens je n’ai pas eu besoin de ça pour qu’il se permette ce crime...

Il m’a caressée entre les jambes alors que je dormais… Il a caressé ce que je m’amuse parfois à appeler mon temple, l’une des parties les plus privées de ce corps qui n’appartient qu’à moi ! Or je n’ai pas ri lorsque, à moitié endormie, j’ai senti sa main où elle n’était pas invitée.

Je n’ai pas réagi, je n’ai pas bougé...
Une part de moi voulait voir jusqu’où il irait...
Une part de moi était trop fatiguée et ne voulait pas voir la vérité en face...
Une part de moi était trop choquée par cet acte pour l’arrêter...
Heureusement il a retiré sa main et n’a pas poursuivi son exploration, pourtant le mal était déjà fait, pour la deuxième fois.

Je me suis sentie trahie et rabaissée, bâillonnée même. J’ai pris conscience ce soir-là que ma parole n’était et n’est pas prise en compte, que dès lors que je plais physiquement je suis considérée comme du gibiers et que le mot "féminisme" est injustement pris pour une idéologie de guerre des sexes dont l’objectif final serait la domination des hommes par des femmes en colère.
J’ai même presque cru que mener un combat pour faire comprendre aux gens que nous devrions tous nous montrer plus respectueux et bienveillants les uns envers les autres était peine perdue.

Jusqu’à ce qu’il me réponde…