Fall

"Bon anniversaire..."

Ça fait deux ans aujourd’hui.
Deux ans de relation, on vient de "fêter" notre anniversaire de couple. Je n’avais jamais réussi à faire tenir un couple aussi longtemps malgré mes efforts et pourtant je ne regrette pas que les précédents que j’ai formés par le passé aient pris fin, ça m’a permis de mûrir et d’apprendre à repérer les éléments déclencheurs d’une rupture et les situations à risque si je puis dire.

Je garde en bouche un mauvais goût de cette soirée, d’aujourd’hui… On n’avait rien prévu d’avance, on a décidé au dernier moment d’aller au restaurant, un bon, mais déjà vu et revu en plus c’est une enseigne de chaîne, pas franchement romantique… Le type assis derrière Monsieur m’a jeté des coups d’œil tout le repas et même avant que nous ne soyons servis, j’en était presque gênée pour sa copine assise juste à côté de lui qui m’a semblée ne rien voir… Il s’est passé pas mal de temps entre chacune de nos commandes, on en a tant perdu que notre projet de cinéma après dîner est tombé à l’eau, il n’y avait qu’une seule séance pour le film que nous voulions voir et cinq minutes avant la projection nous n’en étions qu’au début du plat de résistance.

Dans l’après-midi Monsieur m’a encore fait un monologue sur les actes que je lui ai récemment reproché et j’en ai conclu qu’il déforme mes propos et a beaucoup de difficulté à se mettre à la place des autres…

Je me suis braquée…

De retour chez moi je l’ai laissé monter et il s’est installé dans le canapé, je l’ai rejoins quelques minutes plus tard parce qu’il me réclamait un câlin mais tout ce dont j’avais envie était qu’il rentre chez lui pour que j’aille dormir. SEULE. Le dialogue porté sur les attouchements sexuels a repris en dépit de mes prières mentales pour que le sujet soit clos toute la soirée. J’en ai appris qu’il m’a aussi touché les seins, en revanche il a refusé d’admettre avoir fait glisser sa main plus bas, selon lui j’ai rêvé les fois où il me caressait les fesses pour ensuite amener ses doigts entre mes cuisses, il avait l’air tellement sûr de lui que j’aurais pu y croire si j’avais été quelqu’un de manipulable.
Il a ri et a parlé de rêves… Il a même essayé de retenir en vain un fou-rire et m’a expliqué ce qui lui a traversé l’esprit : une vidéo qu’il a vue un jour en faisant défiler son fil d’actualité sur Facebook, une femme donnait un grand coup à son petit-ami allongé à ses côtés dans leur lit et elle le justifiait par le fait qu’il l’avait trompée. Il lui avait été infidèle dans le rêve qu’elle avait fait. Il a voulu me faire croire que j’avais rêvé les fois où il m’a touchée sans retenue dans mon sommeil bordel ! J’ai fait de mon mieux pour contenir mes larmes...
Je ne suis pas schizophrène, je ne suis pas bipolaire et il ne m’est jamais arrivé d’être prise de visions que j’aurais pu trouver réelles, j’ai déjà passé des IRM totalement inutiles car rien n’a été trouvé dans mon cerveau et ai aussi consulté un psychiatre qui ne m’a rien diagnostiqué, d’après ses propres termes j’ai "une tête qui marche" et dans le cas contraire j’aurais déjà quitté ce monde depuis longtemps !
Même sans ça, je sais que je n’ai rien inventé, ça n’a jamais été mon genre de créer des problèmes où il n’y en avait pas à l’origine et je suis la première à souffrir du fait que j’accuse mon propre petit-ami d’agressions sexuelles !