Fall

← Retour au journal

février 2019

Bartholinite

Un kyste s’est formé dans la petite lèvre droite de ma vulve, il est arrivé spontanément... J’ai eu mal en m’asseyant, en marchant, en allant aux WC, en me lavant et même en ne faisant RIEN. La grande lèvre droite qui les "recouvre" a enflé. J'étais déjà angoissée à l’idée de me faire ausculter par ma doctoresse, à l’idée de devoir exposer mon intimité, de devoir peut-être finir aux urgences, être auscultée et touchée par un homme, être opérée, alitée, constamment visitée par des infirmières, ne pas avoir mon mot à dire sur le déroulement des opérations. (...)

Furax

Je suis furax, j’ai appelé les pompiers qui m’ont redirigée sur le numéro du Samu et la nana que j’ai eu au bout du fil ne m’a envoyé personne alors que j’étais en larmes et j’arrivais à peine à aligner deux mots, cramponnée à ma commode et serrant les dents. Si j’ai justement appelé les pompiers c’est parce que j’ai besoin qu’ils m’emmènent aux urgences, je n’ai personne pour m’accompagner, soit les gens dorment et sont injoignables soit ils travaillent et sont injoignables putain ! C’est pourtant pas difficile à comprendre ! J’ai fourni de gros (...)

Nouveauté

À en juger par l’état de mes yeux et mon visage lorsque j’émerge j’en ai déduit que je pleurs dans mon sommeil. C’est nouveau ça... (...)

La suite

Par où commencer ? Tout se mélange dans ma tête, passé, présent, futur... Je me mets à rire bêtement et je pleurs à la fois, cette bartholinite est un véritable choc autant sur le plan physique qu'émotionnel. Néamoins, je vais tenter de reprendre les choses où je les ai laissées hier-matin... Après avoir été éconduite par les secours j’ai écrit un statut sur Facebook dans lequel j’ai demandé de l’aide, désespérée... J’ai eu beau essayer de me convaincre qu’il ne faut pas avoir honte de son corps et des maux dont il peut souffrir, je suis tout de même restée (...)

Médication et culpabilité

Tout ce stress n’a pas été évacué, je refoule encore beaucoup de larmes et rumine toujours plus mon mal-être. Mon lit empeste la betadine gynécologique, ça fout une sale ambiance dans mon appartement que je voulais avant ça être mon cocon protecteur. Je n'ai rien mangé aujourd'hui, je ne parviens même pas à boire mon café préparé ce matin et réchauffé à maintes reprises dans la journée. En rentrant hier j’ai déballé tous mes médicaments et les ai regroupés dans ma cuisine près de mes anxiolytiques et ma dernière plaquette d’antidépresseurs, puis me suis servie (...)

Écho

Mes propres cris me hantent. À bien y réfléchir, il ne s’agissait pas que de douleur physique... (...)

12/02/19

Le kyste semble avoir disparu ou s'est du moins, peut-être simplement résorbé, je me suis rapidement passée des antidouleurs et j'en suis contente mais je poursuis tout de même mon traitement, deux antibiotiques le matin, 500g chacun, deux autres le soir, tous les jours religieusement, accompagnés d'anxiolytiques... Betadine gynéco, paumade gynéco... Seul mon antidépresseur manque à l'appel, je ne l'ai pas repris depuis... Vendredi matin ? Faute d'en avoir, et c'est la rechute, je passe mon temps à dormir et pleurer, je ne suis que désespoir, angoisse et désorientation. Je suis (...)

Une histoire de confiance...

Monsieur est passé chez moi mardi soir. On s’est retrouvés l’un à côté de l’autre dans mon lit parfaitement propre à grignoter et regarder une série devant la télé. La fatigue qui me poursuit depuis ma visite à l’hôpital m’obligeait à lutter contre elle une fois que je me suis allongée. "Je ne dois pas, ne peux pas, ne veux pas m’endormir ! Que se passera-t-il lorsque je ne serais plus consciente ? Que va-t-il faire ? Ne dors pas ! Ne dors pas ! Ne dors pas ! Tu en as auras le droit lorsqu’il sera parti !" Des bribes de son monologue le jour de nos deux ans (...)